Le World Gold Council vient de publier ses dernières statistiques concernant les achats d’or des banques centrales, qui incluent désormais les chiffres de juillet. Les banques centrales ont ajouté 30,1 t (achats nets) aux réserves officielles d’or mondiales au cours du mois, soit des volumes presque identiques (+ 0,3 %) par rapport aux achats nets de juin. Le rapport a noté que les achats bruts ont totalisé 34,3 t pour le 7e mois de l’année. Il s’agit d’une baisse par rapport aux 63,1 t de juin.

Le Brésil a effectué un gros achat de 41,8 t. Les achats massifs stratégiques que nous avons vus en Hongrie, en Thaïlande et au Brésil ces derniers mois ne devraient pas se répéter fréquemment. L’activité en juillet représente donc un retour à la tendance d’achats plus modestes par toute une série de banques centrales des marchés émergents.

En termes de répartition pays par pays, le Brésil (8,5 t) fut le plus gros acheteur, suivi de l’Ouzbékistan (8,4 t) et de l’Inde (7,5 t), qui ont ajouté de manière significative des lingots à leurs réserves d’or. La Turquie, la Russie ; le Kazakhstan et la Mongolie ont acheté un total de 9,8 t au cours du mois. On pense que l’ajout de la Russie fut un achat ponctuel, probablement une opération de rééquilibrage après quelques mois de ventes liées à la création de pièces.

Du côté des cessions, les ventes brutes totales ont également été nettement inférieures à celles de juin. En juillet, elles ont totalisé un petit 4,2 t, en baisse de 28,9 t par rapport au mois précédent. Le Qatar (2,2 t) et la Pologne (1,9 t) ont été les deux seules banques centrales à enregistrer des ventes significatives de leurs réserves d’or. Les derniers chiffres renforcent l’opinion selon laquelle les banques centrales restent optimistes sur l’or.

Source