La fin du cash ou l’asservissement des temps modernes

La fin du cash ou l’asservissement des temps modernes

1
cash (euros)

Article de Paul Rosenberg, publié le 11 février 2016 sur freemansperspective.com :

« Durant ces derniers mois, des flots d’articles ont défilé sur mon écran tous insistant sur la nécessité de l’élimination de l’argent liquide par les gouvernements et les banques. Je suis sûr que vous les avez remarqués.

Ce sont les terroristes et autres fous dangereux, nous dit-on, qui utilisent le cash. Et donc, pour ne pas nous faire exploser la figure dans un attentat au coin de la rue, les gouvernements devront l’interdire.

Il serait difficile d’imaginer une tentative plus évidente pour nous faire peur. L’argent liquide, utilisé quotidiennement depuis des siècles, si pas des millénaires, est subitement devenu un agent de la mort immédiate. Nous sommes censés avaler ces couleuvres…

Il y a bien entendu d’autres bonnes raisons qui expliquent pourquoi ces articles fleurissent en ce moment. La première, c’est que l’opportunité existe tout simplement : depuis le 11 septembre, la population occidentale ne questionne plus rien. Les effets ne seront peut-être pas éternels mais ils sont toujours visibles aujourd’hui. Si le secteur du divertissement arrive à instiller suffisamment de peur dans les esprits crédules, il parviendra à les convaincre mais la seconde raison est bien plus importante :

Les taux d’intérêt négatifs

L’urgence qu’est devenue la suppression de l’argent liquide, l’un des piliers les plus importants de la vie au quotidien, est une question de nécessité de l’avis des élites. Il semblerait que les banques centrales, le FMI, la Banque Mondiale, la BRI et tous leurs soutiens considèrent l’élimination du cash en tant que pierre angulaire de leur stratégie de survie.

L’explication est simple : l’argent liquide permettrait aux citoyens d’échapper à un système monétaire devenu criminel en raison des taux d’intérêt négatifs.

En guise de clarification, j’aime paraphraser une citation célèbre (et pertinente) d’Alan Greenspan qui remonte à 1966, de sa période « Ayn Randian » :

La politique financière de l’État-providence requiert que ceux qui possèdent de la richesse n’aient aucun moyen de se protéger

L’argent liquide vous pouvez le tenir en main, le contrôler plus ou moins. Il est hors de portée des banques centrales par contre l’argent électronique fait partie intégrante du système bancaire et est entièrement sujet à son contrôle.

La combinaison « suppression de l’argent liquide/taux négatifs » serait une version à la fois furtive et permanente de ce qui s’est passé à Chypre lorsque le gouvernement a fermé toutes les banques, ne permettait que de petits retraits dans les DAB pour ensuite voler l’argent de milliers de comptes.

Le spectacle chypriote a fait grand bruit et il a engendré des critiques envers les gouvernants. Il serait donc préférable qu’il n’y ait pas de DAB, ni même d’argent liquide. Au revoir les files d’épargnants furieux qui discutent de leur colère juste des perdants isolés sans recours, pensant leurs plaies alors que les présentateurs de journaux télévisés leur disent de rester calmes.

Les taux d’intérêt négatifs conféreraient aux banques le contrôle total de vos achats. Elles pourraient, en toute facilité, ne vous autoriser qu’à acheter de l’alimentation tout en gelant le reste de votre argent. Le citoyen lambda serait sans recours alors qu’il se fait détrousser… tout en douce et sans pouvoir se plaindre à un visage humain.

Les taux d’intérêt négatifs, cela signifie que votre compte en banque se vide automatiquement et de jour en jour. Vos 1000 € de janvier deviennent 950 à la fin de l’année. Où cet argent est-il passé ? Dans la poche des banques bien sûr et du gouvernement. Ils siphonneront votre argent goutte à goutte et vous serez impuissant. Afin de :

  • Financer le gouvernement automatiquement et de façon illimitée. Plus besoin de déclarations d’impôts : ils n’auront plus qu’à se servir.
  • Rembourser les créances douteuses des grandes banques.
  • Vous forcer à dépenser votre argent, au risque d’en perdre.
  • Prendre le contrôle total de votre vie financière. Tout achat est surveillé, tracé, avec la possibilité de vous empêcher de réaliser certaines transactions.

Autrement dit, il s’agit d’un véritable retour de l’asservissement. Je vous encourage à en discuter avec vos amis et vos voisins dès maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. Ne les laissez pas obtempérer sans réagir. »