10 graphiques qui prouvent que l’or est actuellement sous-évalué

0
3322
or de la Buba

L’or a beau connaître une fin d’année positive, le métal jaune reste sous-évalué à bien des égards. Voici 10 graphiques (de cet article de UsFunds.com) qui expliquent pourquoi : 

Alors que la fin de l’année approche à grands pas, il est peut-être temps de penser à la place que vous souhaitez accorder à l’or dans votre portefeuille. Que ce soit en termes de lingots, de bijoux, d’actions minières ou de fonds de qualité. Tous ces éléments devraient peser 10 % de votre portefeuille, selon moi.

Vu que cette année a été très positive pour les marchés actions, qui ont progressé de plus de 20 % au moment d’écrire ces lignes, la plupart des investisseurs devront probablement passer à l’achat pour atteindre ces 10 % d’allocation de leur portefeuille alors que l’année 2018 démarre.

Certains investisseurs pourraient se demander pourquoi il est nécessaire d’ajouter de l’or à leur portefeuille maintenant. Les marchés actions poursuivent sur leur élan positif tandis que la réforme fiscale américaine récemment votée devrait pousser les valorisations vers le haut. Les cryptodevises sont récemment passées sous le feu des projecteurs, surtout depuis que Bitcoin a dégringolé de près de 30 % vendredi dernier.

Vu que nous parlons du sujet, j’en profite pour préciser que rien que cette année, 500 milliards de dollars ont pris le chemin du marché des cryptodevises. Pour mettre ce chiffre en perspective, l’ensemble des injections de liquidités dans les fonds mutuels et les ETF était d’environ 411 milliards au 29 novembre 2017. De plus, selon Business Insider il y a désormais autant de volumes d’échanges sur les marchés des cryptodevises qu’à la bourse de New York. Pensez-y. Quelque chose est en train de se passer, quelque chose que l’on ne peut ignorer ou minimiser.

Mais revenons-en à l’or. Il est important de se rappeler que le métal précieux affiche historiquement une corrélation allant de basse à négative par rapport à de nombreux actifs traditionnels tels que le liquide, les obligations ou les actions, que ce soit aux États-Unis ou ailleurs. C’est ce qui en fait à mon avis un actif de diversification intéressant en cas de correction sur les marchés des capitaux et des changes.

Vous n’êtes pas encore convaincus ? Voici 10 graphiques qui prouvent que le métal jaune est actuellement sous-évalué :

1. Au cours de ce siècle, la performance de l’or a pulvérisé celle des marchés

A chaque fois que je monte ce graphique durant une conférence, les investisseurs sont toujours surpris. Croyez-le ou non, depuis 2000 le cours de l’or a surperformé celui du S&P 500, qui a connu depuis le début de ce siècle 2 corrections de 40 %.

performance de l'or vs S&P 5002. Par rapport aux actions, l’or représente une affaire

En ce mois de décembre, le ratio or/S&P 500 est au plus bas depuis 10 ans. Pour que ce ratio s’inverse, le prix de l’or doit augmenter ou le prix des actions baisser. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une opportunité qui ne se présente qu’une fois toutes les décennies.

3. Les budgets d’exploration continuent d’être réduits

La rareté de l’or est l’une des raisons qui expliquent sa valeur. Il pourrait très bien devenir encore plus rare alors que les budgets d’exploration ne cessent d’être réduits, et que non seulement les découvertes sont de moins en moins nombreuses, mais elles concernent des filons moins riches que par le passé. Le délai entre la découverte et la mise en exploitation d’une mine augmente également. C’est pourquoi de nombreux experts se demandent si nous avons atteint le pic de l’or.

4. Les minières commencent seulement à s’échauffer

L’année dernière fut un tournant pour le cours de l’or et les actions minières. D’après les analystes suisses d’Incrementum, elles ne font que s’échauffer. Lorsqu’on compare la tendance actuelle avec les marchés haussiers précédents, il semble qu’il y ait encore beaucoup de latitude.

5. Trop d’argent investi dans les actions ?

Plus de 80 trillions de dollars sont aujourd’hui investis dans les actions, une somme monumentale qui devrait continuer de croître alors que nous nous aventurerons toujours plus loin dans ce marché haussier. Certains craignent que ce soit une bombe à retardement sur le point d’exploser. Une correction similaire à celle que nous avons connue il y a 10 ans effacerait des trillions de dollars de valeur à travers le monde, soit un scénario dans lequel l’or est particulièrement attrayant.

6. L’augmentation de la dette pourrait signifier augmentation du cours de l’or

La valeur du métal jaune suit historiquement le niveau de la dette mondiale, qui s’élevait à 217 trillions de dollars au T1 2017. Rien qu’aux États-Unis, la dette devrait continuer de se creuser. Non seulement en raison de l’augmentation des dépenses, mais aussi des intérêts. La plupart des projections prédisent que les baisses d’impôts historiques du président Trump, même si elles sont les bienvenues, contribueront à creuser davantage la dette exprimée en pourcentage du PIB.

7. La Fed est sur le point de fermer l’open-bar

« Je pense que les cycles économiques ne prennent pas fin par hasard. C’est la Fed qui y met un terme. Si la Fed sert suffisamment la vis pour déclencher une récession, nous atteignons la fin du cycle économique. » C’est ce que pense Mike Darda, économiste en chef de MKM Partners, lorsqu’il évoque la tentative de démantèlement du QE de la Fed. Cette entrepris est hautement risquée : entre 1921 et 2000, sur 6 tentatives de réduction de la taille de son bilan la Fed a provoqué à 5 reprises une récession.

8. Les cycles de hausse des taux n’ont que rarement bien fini

Les hausses des taux affichent également des performances mitigées. D’après la recherche d’Incrementum, seuls 3 cycles de ces 100 dernières années n’ont pas débouché sur une récession. Bien entendu, rien ne garantit que cette tentative débouchera sur une récession, mais si vous avez identifié ce risque il semble prudent d’avoir au moins 10 % de votre patrimoine en or et en actions minières.

9. Des trillions de dollars d’obligations vont voir leur valeur baisser, c’est garanti

Au mois de mai de cette année, pour environ 10 trillions de dollars d’obligations à travers le monde assuraient à leurs porteurs de perdre de l’argent alors que de plus en plus de banques centrales avaient mis en place des politiques de taux négatifs afin de doper la consommation. Mais, au lieu de cela, cela a encouragé de nombreux épargnants à retirer leur argent de la banque pour le convertir en or. C’est exactement ce que les ménages allemands ont fait en 2016 : l’année dernière, les particuliers allemands sont devenus les plus gros investisseurs dans le métal.

10. L’attrait de l’or continue d’alimenter la demande

Le graphique ci-dessous, qui se base sur les chiffres collectés par Moore Research, met en exergue les tendances saisonnières du prix de l’or. Même si les choses ont changé durant ces dernières années, on peut voir que les prix ont tendance à grimper vers le début de l’année alors que nous approchons du Nouvel An chinois pour ensuite atteindre un plus bas durant l’été. Après quoi les prix bondissent dans la perspective du festival indien Diwali, fin octobre et début novembre. Enfin, nous atteignons le plus haut en fin d’année alors que nous sommes durant la saison des mariages en Inde, lorsque la demande est élevée. La tendance ne se développe pas toujours précisément comme indiqué sur le graphique, mais elle est assez récurrente pour nous inciter à la prendre en considération dans nos prises de décisions concernant le métal jaune.