Pour la première séance du mois de mars, la tentative de rebond des métaux précieux s’est terminée sur un échec. Après avoir presque touché 1.760 $, le métal jaune a fini par clôturer à 1.724 $. L’argent métal a connu une action fort similaire. Depuis ce matin, c’est à nouveau le marasme qui règne. L’or est en baisse de 0,3 %, tandis que l’argent abandonne plus de 2 %.

Profiter du dip ou attendre davantage ?

Comme à chaque fois que l’on connaît une correction, on se pose la question de savoir s’il s’agit d’une opportunité, ou s’il faut patienter encore un peu. D’un côté, il est fort curieux de voir l’or à 1.700 $ vu l’endettement massif mondial actuel et les avertissements d’investisseurs légendaires concernant l’inflation… Mais durant les périodes de confusion, ces mouvements chaotiques ne sont pas rares. N’oublions pas qu’il y a un an, l’or avait chuté jusqu’à 1.460 $ pour ensuite bondir jusqu’à 2.100 $ en l’espace de quelques mois… Sur le long terme, il s’agit indubitablement d’une opportunité.

Chez Pepperstone, on invite à la prudence. Le responsable de la recherche avoue avoir reçu beaucoup de questions la semaine dernière concernant l’état du marché de l’or. Chris Weston a identifié 3 scénarios qui permettraient au métal jaune de reprendre sa marche en avant. À savoir :

  • Hausse rapide de l’inflation : dans ce cas, les investisseurs se rueront sur l’or afin de se protéger de la hausse des prix ;
  • Choc déflationniste : le métal jaune profiterait d’un tel scénario en raison de la baisse des taux qui s’ensuivrait. Cette baisse affecterait aussi bien les taux nominaux que les taux réels ;
  • Mise en place d’une sorte de contrôle de la courbe des taux par la FED : si la banque centrale américaine se décide à plafonner les taux longs, l’or en profitera également.

« Jusqu’à ce que le rendement de l’or s’améliore, sur base des conditions ci-dessus, et que l’on assiste à une corrélation bien moindre par rapport aux actions, le métal ne parviendra pas à établir une tendance nette, tandis que le coût d’opportunité réduit son attrait. Idéalement, je voudrais que l’une de ces 3 conditions se matérialise avant de me repositionner sur l’or », a déclaré Weston.

Il précise néanmoins que cela ne devrait pas arriver dans un futur proche. Mais il n’exclut pas non plus un rebond technique en raison du caractère survendu du marché.

Weston met aussi l’accent sur l’importance du Wall Street Journal Jobs Summit de ce jeudi, qui aura comme invité Jerome Powell. À l’occasion de cet événement, le président de la FED devrait évoquer la problématique de la hausse des taux obligataires.

« Il y a une incohérence entre l’agenda de relèvement des taux de la FED et le prix des obligations. C’est de cela que découle la volatilité. Il est rare que les marchés devancent une future décision de la FED. Lorsqu’ils refusent d’accepter le scénario qu’il leur est proposé, les conséquences peuvent être dévastatrices. Il s’agit donc d’une semaine hyper importante. Le discours du 5 mars de Powell sera crucial », a expliqué Weston.

Si Powell devait aller à l’encontre des attentes des marchés en confirmant son agenda pour la hausse des taux, cela devrait être une bonne nouvelle pour l’or, selon lui.

Or et argent : le moral dans les chaussettes

Suki Cooper, analyste de Standard Chartered que l’on peut ranger dans le camp des bulls, prévient que les métaux précieux pourraient continuer de glisser à court terme, et ce, malgré qu’ils soient en territoire survendu. Elle pointe notamment les ventes de métal des ETF, qui engendrent une pression baissière. Elle relève néanmoins que le contexte politique et macroéconomique reste, à long terme, positif pour l’or. Elle note également la reprise de la demande d’or en Inde. Les importations de métal dans ce pays sont actuellement élevées. Il s’agit d’un record de début d’année depuis 2013. Et si la demande reste mitigée en Chine, les importations aux États-Unis et en Grande-Bretagne sont également importantes depuis le début de l’année. Et de conclure : « Vu les flux d’investissement fragile, le marché physique déterminera le prix plancher de l’or. »

Le marché haussier de l’argent reste intact

Quid de l’argent, dont la situation est quelque peu différente en raison de ses usages industriels, et notamment dans les technologies indispensables à la révolution verte ? Selon James Turk, le marché haussier de l’argent reste intact. Il faudrait que le cours passe en dessous de la seconde ligne verte pour s’inquiéter. Cela dit, nous n’en sommes pas loin, il conviendra donc d’être attentif à cette ligne de support.