Argent : le piège des chiffres de l’offre et de la demande

0
1733
pièces d'argent Libertad

Dans un article précédent, Jan Nieuwenhuijs de Voima a évoqué le fait que l’or s’échange plus comme une devise qu’une matière première. On ne peut donc pas se baser sur les surplus ou déficits de production pour prédire l’évolution du prix des cours. Cela dit, vu que l’argent est à la fois un métal industriel et monétaire, les dynamiques de l’offre et de la demande doivent faire l’objet d’une approche spécifique. Néanmoins, sa conclusion est que l’argent métal, tout comme l’or, s’échange plus comme une devise qu’une matière première :

L’argent est une devise

Dans La Sumer ancienne, il y a environ 5.000 ans, l’argent était une unité de compte, un moyen d’échange pour les grosses transactions et une réserve de valeur. Depuis, l’argent a été utilisé en tant que monnaie par de nombreuses civilisations. Vu que l’argent est durable et précieux, on en perd très peu. Plus de 90 % de l’argent métal miné au cours de l’histoire est toujours disponible.

Depuis le XIXe siècle, l’argent est également utilisé dans des applications industrielles. Actuellement, le CPM Group estime que la moitié de l’argent qui existe à la surface de la planète se trouve dans des produits industriels. L’autre consiste en des pièces, des bijoux, de l’argenterie et des lingots d’argent. Les réserves d’argent existant sont estimées à 1,6 million de tonnes.

Pour les matières premières périssables, l’équilibre du marché, qui se calcule en soustrayant la demande de l’offre, est indicatif de la direction du prix. Tout simplement parce que la production annuelle est bien plus importante que les stocks existants. Lorsque la demande de blé augmente, il est difficile de fournir rapidement davantage de blé, vu que les stocks existants sont limités. Le prix part donc obligatoirement à la hausse. L’équilibre du marché du blé indique s’il y a un surplus ou une pénurie, ce qui fera soit augmenter, soit baisser le prix du blé.

Voici ci-dessous un graphique qui compare la balance nette (offre/demande) du marché du blé. Nous avons inversé l’axe des Y pour davantage de clarté. Lorsqu’un surplus ou un déficit est conforme avec la direction du prix, la barre est en vert. Dans le cas contraire, elle est en rouge. On peut voir que la grande majorité des barres sont vertes. Et que les barres rouges annoncent un renversement de tendance du prix.

Cependant, cette approche n’est pas valable pour les métaux monétaires. Et ce, en raison du ratio stock-/flux (« stock to flow »). On obtient ce ratio en divisant les stocks existants par la production annuelle. Le ratio stock/flux de l’argent est d’environ 30. Autrement dit, la production annuelle d’argent et de 26k tonnes, tandis que le stock est constitué de 800k tonnes (bijoux, pièces, lingots, argenterie). Pour simplifier les choses, je n’ai pas inclus l’argent industriel.

Voici ci-dessous le graphique de la balance nette de l’argent cette fois. Il se base sur les chiffres du Silver Institute. Il montre que depuis ces 16 dernières années, le marché de l’argent est constamment en pénurie. Pourtant, le prix évolue tantôt à la hausse, tantôt à la baisse. Cela montre que l’analyse de l’offre et de la demande est peu utile pour anticiper le prix de l’argent métal.

Pourtant, le Silver Institute a écrit dans son étude 2018 que « les déséquilibres offre/demande influencent et expliquent les évolutions du cours ». À mon avis, il ne peut y avoir de déséquilibre offre/demande sur le marché des métaux monétaires. Car au juste prix, il y aura toujours des vendeurs, donc du métal disponible. (…)

Conclusion

Cet article montre à quel point il est difficile d’interpréter l’équilibre du marché dans le cadre des métaux monétaires. Je n’affirme pas que les rapports du Silver Institute sont inutiles. Ils contiennent des tas d’informations intéressantes. Je suis en revanche sceptique quant aux conclusions dérivées de l’équilibre du marché de l’argent. Qu’il y ait un surplus ou un déficit, d’ailleurs. Selon moi, il est plus logique de se concentrer sur les mêmes variables qui influencent le prix de l’or, à savoir l’inflation, le risque et les taux. À ce propos, on peut voir la corrélation entre le prix de l’or et de l’argent sur le graphique ci-dessous :