Selon le directeur associé de Goehring & Rozencwajg, Leigh Goehring, les investisseurs frustrés doivent se focaliser sur un facteur spécifique pour tenter de prédire le prochain renversement de tendance du prix de l’or.

L’or est tombé en dessous de 1.700 $ jeudi alors que le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a continué de souligner que l’inflation n’est pas un problème, tout en ignorant les questions sur la hausse des taux obligataires.

« Une inflation élevée est une très mauvaise chose… Mais il est plus que probable que l’année prochaine, les prix augmentent, pour ensuite baisser », a déclaré Powell lors du Wall Street Journal Jobs Summit. En répondant à une question sur les taux obligataires, Powell a déclaré : « Je serais préoccupé par du désordre sur les marchés financiers ou un resserrement non désiré. On ne doit pas se focaliser sur le prix d’un actif spécifique. »

Au moment de la rédaction de cet article, les contrats à terme or du Comex d’avril se négociaient à 1.696,60 $, en baisse de 1,12 % sur la journée. Au cours des 30 derniers jours, l’or a reculé de 7,6 % et au cours des six derniers mois, il a abandonné plus de 12 %.

« Il s’agit d’une période frustrante pour les partisans de l’or, a expliqué Goehring à Kitco News. Chaque hausse du métal a été suivie d’une baisse similaire. »

Certains ont vu cette période de correction venir, a-t-il précisé, soulignant la performance de l’argent comme un signe révélateur des évolutions possibles de l’or. « Dans un marché haussier de l’or, vous avez des périodes où l’argent est en retard sur l’or. L’argent a pris du retard de 2016 à 2020. Ensuite, d’avril à juillet, l’argent a connu une hausse massive. Pour nous, cela montrait que l’or était entré dans une phase de correction. Nous restons dans cette phase depuis », a déclaré Goehring jeudi.

Comment déterminer le plus bas de l’or ?

Il n’est pas facile d’essayer d’identifier un renversement de tendance sur le marché de l’or. Mais cela devrait se produire au cours du second semestre de cette année, selon Goehring. « C’est à ce moment que la deuxième étape du marché haussier commencera. »

L’indicateur à examiner pour déterminer les tendances du prix de l’or est le ratio or-pétrole, a spécifié Goehring : « Au cours des dernières années, l’or était plutôt cher par rapport au pétrole. L’or atteindra son plus bas lorsqu’il deviendra moins cher par rapport au pétrole. »

Au début des années 2000, une once d’or permettait d’acheter environ 8 barils de pétrole. « L’or était fortement sous-évalué par rapport au pétrole. C’est le contraire maintenant. Il y a environ 5 mois, une once d’or permettait d’acheter plus de 50 barils de pétrole. Ce ratio est maintenant tombé à 26-27 », a souligné Goehring.

Cependant, les investisseurs doivent être particulièrement attentifs à un ratio précis. « Lorsque ce ratio atteindra 15, le marché de l’or sera au plus bas », estime Goehring.

« Au début des années 2000, lorsque ce ratio or-pétrole était vraiment bas, l’or n’était pas un investissement désirable parce que toutes les banques centrales vendaient. Maintenant, l’or est devenu plus populaire, mais le pétrole est devenu un investissement non désirable à cause du changement climatique. Je pense qu’à chaque fois que l’or devient bon marché par rapport au pétrole, il devient un excellent investissement », a-t-il ajouté.

Plus précisément, Goehring a déclaré que si le pétrole devait atteindre 90 $, par exemple, et que l’or devait descendre à 1.650 $ l’once, cela placerait le ratio à 18/1, soit un contexte susceptible de déboucher sur un plus bas du métal jaune.

Selon Goehring, l’inflation sera le catalyseur pour ramener l’or dans son mode haussier. Il décrit l’environnement d’investissement actuel comme « une énorme allocation erronée des capitaux ». Goehring fait référence à l’obsession pour Bitcoin et aux rallyes explosifs dans des actions comme celles de GameStop.

« Ces flux de capitaux sont alloués à des nouveautés. Quand vous analysez les manies, elles tournent toujours autour de nouvelles choses. Cela ne va pas durer, a-t-il dit. L’or est une chose très ancienne. La chose la plus ancienne qui existe, et elle est ignorée par les investisseurs. Cela va changer. »

Et l’inflation sera le déclencheur qui mettra un terme à ces nouvelles tendances et refocalisera l’attention des investisseurs sur l’or, selon Goehring. « Divers économistes disent que l’inflation ne sera pas un problème parce que nous avons trop de dettes. Cette croyance va être balayée par un événement de type cygne noir qui sera perçu comme étant massivement inflationniste. »

Le choc à venir le plus probable est une crise agricole mondiale, a précisé Goehring, notant que le marché des céréales est actuellement en plein boom.

« Si nous avons des perturbations climatiques sur fond de demande en hausse, les prix des céréales exploseront, et cela déclenchera un problème inflationniste. Cela pourrait également se propager à d’autres matières premières, y compris le cuivre et le pétrole, a déclaré Goehring. Les investisseurs se tourneront à nouveau vers le marché de l’or, et de façon massive. »

Ce choc pourrait sortir de nulle part et changer l’ensemble du paysage mondial financier, a averti le partenaire de gestion.

« Le monde s’est enrichi au cours des 20 dernières années. La demande mondiale pour les céréales est passée d’une croissance annuelle de 1,5 % à près de 3 %. À mesure que la population mondiale s’enrichit, elle souhaite plus de protéines dans son alimentation. C’est là que les céréales entrent en jeu », a déclaré Goehring.

« Jusqu’à présent, la demande plus élevée a été satisfaite par d’excellentes conditions climatiques. Mais la météo change, nous pourrions être confrontés à des conditions plus difficiles. Il suffit de voir ce qu’il s’est passé au Texas cette année. Si nous faisons face à d’autres conditions extrêmes comme celui-là, ça va faire mal à l’offre alors que la demande augmente. »

L’or à 15.000 $

Avant la fin du cycle haussier actuel, l’or pourrait atteindre 15.000 $ l’once, ce qui reste une estimation prudente, a déclaré l’associé directeur de Goehring & Rozencwajg. « Nous pensons toujours que nous verrons l’or atteindre 15.000 $ avant la fin de ce marché haussier de l’or. Pour les investisseurs patients avec un horizon à long terme, nous recommandons une accumulation agressive d’or et d’argent sur toute faiblesse des prix au cours des prochains mois », a-t-il expliqué.

La monétisation directe de la dette pourrait être un autre élément susceptible de mettre le feu aux poudres de l’inflation.

Source