Grand coup de balai sur les idées fausses sur l’or

0
2011
lingots d'or pur

On qualifie l’or tour à tour d’assurance, de protection contre l’inflation, les troubles sociaux et l’instabilité ou de simple matière première. Mais la plupart des gens le considèrent comme un investissement.

C’est vrai même pour ceux qui sont les plus négatifs à son propos. « Les actions sont un meilleur investissement », disent-ils. Dans la plupart des cas, leur logique et les performances affichées par l’or justifient leur opinion. Mais leur postulat est faux. L’or n’est pas un investissement. De plus, nous avons connu de longues périodes durant lesquelles l’or a surperformé les actions.

Lorsqu’on analyse l’or sous l’angle de l’investissement, on le compare à des tas d’autres investissements. Les techniciens cherchent ensuite des corrélations. Certains disent qu’un « investissement » dans l’or est inversement corrélé aux actions. Il y a pourtant des périodes durant lesquelles les deux grimpent ou baissent de concert.

« L’or n’offre pas de rendement » : et les titres de croissance ?

L’une des caractéristiques négatives que l’on entend souvent à propos de l’or est qu’il n’offre pas de rendement. Il s’agit de l’une des raisons courantes qui sont citées par les conseillers financiers et les investisseurs pour ne pas posséder d’or. Mais dans ce cas :

  1. Les titres de croissance ne paient pas de dividende. Quand votre conseiller financier vous a-t-il conseillé de ne pas faire l’acquisition de ces actions car elles ne payent pas de dividende ?
  2. Un dividende n’est pas un revenu supplémentaire. Il s’agit d’une liquidation fractionnaire, le paiement anticipé d’une partie de la valeur de votre action qui se base sur son cours spécifique au moment du paiement. Le montant du dividende est ensuite retranché de la valeur de votre action.
  3. Si vous voulez effectuer une prise de bénéfice, vous pouvez vendre votre or ou vos actions minières.

La soi-disant corrélation entre les taux et l’or est fantaisiste

La logique irrationnelle continue. « Vu que l’or ne rapporte pas d’intérêts ou de dividende, il peut difficilement concurrencer les autres investissements qui offrent ces avantages. » En bref, des taux plus élevés pousseraient le cours de l’or à la baisse. Et inversement.

Cette affirmation, et toute variante qui suggère une corrélation entre l’or et les taux, est erronée. Il n’y a absolument aucune corrélation, positive ou négative, entre l’or et les taux.

Nous savons que lorsque les taux grimpent, la valeur des obligations baisse. Si on en croit l’affirmation ci-dessus, on peut dire alors qu’il y a une corrélation positive entre la valeur des obligations et de l’or.

Cependant, durant les années 70, lorsque les taux ont fortement grimpé et que la valeur des obligations chutait, l’or a progressé de 42 $ l’once jusqu’à 850 $ l’once à la fin de la décennie. Soit exactement le contraire de la théorie de la corrélation que ceux qui sont censés savoir nous ressassent à longueur de journée.

Entre 2000 et 2011, le cours de l’or est passé de 260 à 1900 $ l’once alors que les taux baissaient jusqu’à des niveaux historiquement bas. Deux décennies complètement différentes, qui ont consacré une hausse spectaculaire du métal jaune, se contredisent totalement, et invalident donc la théorie de corrélation négative entre les taux et l’or. Et la contradiction se poursuit lorsqu’on observe ce qui s’est passé après ces deux pics de l’or. (…)

Les gens parlent aussi de l’or de la même façon qu’ils évoquent les actions et d’autres investissements. « Es-tu optimiste ou pessimiste ? », « l’or va exploser si/quand… », « l’or s’est effondré aujourd’hui, » « nous sommes lourdement positionnés sur l’or ».

Lorsqu’on considère le métal jaune comme un investissement, le postulat erroné mène à des résultats inattendus, peu importe la logique. Si l’hypothèse de départ est fausse, même la plus parfaite des logiques ne mènera pas à des résultats cohérents.

Et, invariablement, les attentes concernant l’or, comme avec tout le reste d’ailleurs aujourd’hui, sont à court terme. « Ne me noie pas sous les détails, dis-moi quand je serai en mesure de doubler ma mise. » (…)

L’or est la monnaie originelle

Pour que quelque chose gagne en valeur de façon pérenne, il faut du temps. Et le temps est un des paramètres importants pour comprendre l’or. Plus précisément, il est important de comprendre ce qui s’est passé avec le dollar américain au fil du temps, à savoir durant les 100 dernières années.

Durant les cinq derniers millénaires, de nombreuses choses ont été utilisées en guise de monnaie. Une seule a résisté durant tout ce temps : l’or. Son rôle en tant que monnaie fut imposé par ses qualités, au fil du temps et par élimination.

L’or est la monnaie originelle. L’argent papier est un substitut à cette véritable monnaie. Le dollar américain a perdu 98 % de sa valeur (pouvoir d’achat) durant le siècle dernier. Ce déclin coïncide exactement avec la création de la FED en 1913 : il est le fruit des politiques de la Federal Reserve.

La valeur de l’or exprimée en dollars américains n’est que le reflet direct de la baisse du billet vert. Ni plus ni moins.

L’or est stable. Il est constant. C’est la véritable monnaie. Vu que l’or est valorisé en dollars américains, et vu que la valeur du billet vert est en déclin perpétuel, le cours de l’or en dollars grimpe inexorablement. Il y a bien entendu des variations subjectives de la valeur du dollar américain, ce qui explique pourquoi la valeur de l’or exprimée en dollars n’est pas stable. Mais, en bout de course, ce qui compte vraiment c’est le pouvoir d’achat de votre argent papier, qui ne cesse de baisser avec le temps. Alors que ce que vous pouvez acheter avec une once d’or est stable ou augmente.

Lorsque l’or est qualifié d’investissement, les gens qui l’achètent avec cette idée, en espérant qu’il « fasse quelque chose », risqueront d’être déçus. À la fin des années 90, de nombreuses spéculations eurent lieu à propos des conséquences de l’éventuelle guerre du Golfe sur l’or. On assista à quelques hausses importantes à l’aube du conflit. Mais alors que les premières bombes tombaient, l’or se replia violemment pour atterrir plus bas que son point de départ.

La plupart des observateurs qualifièrent ce renversement de surprise. Ils l’attribuèrent à la rapidité de la décision et des victoires militaires obtenues. Il s’agit d’une explication bien commode, mais qui n’est pas nécessairement la bonne. Ce qui importait vraiment pour l’or, c’était l’impact de la guerre sur la valeur du dollar. Même une implication prolongée n’aurait pas été nécessairement négative pour le billet vert.

La valeur de l’or n’est pas déterminée par les événements mondiaux, les troubles politiques ou la demande industrielle. La seule chose que vous devez comprendre et jauger afin d’apprécier l’or pour ce qu’il est, c’est de savoir ce qui se passe avec le dollar américain (note : et, pour être plus précis, ce qui se passe avec d’autres devises papier, comme le yen).

Source : article de Kelsey Williams, publié le 24 avril 2017 sur SafeHaven.com / sous-titres ajoutés