La pression sur la Bundesbank pour qu’elle rapatrie son or plus forte que jamais

0
1003

Certains médias, même alternatifs, affirment que la Bundesbank a abandonné l’idée de rapatrier l’or allemand qui se trouve à la Fed de New York. Peter Boerhinger, l’une des personnalités à la base du mouvement, a décidé de mettre une bonne fois pour toutes les points sur les « i » via une interview sur KWN, qu’il a demandée de son propre chef.

En guise de préambule, M. Boehringer explique que l’initiative a été lancée par son association des métaux précieux, mais surtout avec l’ETA, la European Taxpayers Association (association des contribuables européens), qui compte 100.000 membres. Les 2 associations ont uni leurs forces en 2011 pour demander des comptes à la Bundesbank.

Avant la formation de cette association, la Bundebank refusait de répondre aux questions de M. Boehringer. Elle a dû changer son fusil d’épaule en 2012, alors que le sujet était désormais sur la place publique, notamment en divulguant où se trouve l’or allemand (1500 tonnes à NY, 700 à Londres et 350 à Paris).

Cependant, il est impossible de prouver quoi que ce soit, vu qu’à l’instar de la Fed, la Bundesbank ne pratique aucun audit. En réalité, toutes les banques centrales occidentales opèrent de cette façon opaque quand il s’agit de l’or, alors que même une épicerie procède à au moins un inventaire annuel.

Concernant le rapatriement, même si celui-ci est très lent selon l’aveu de M. Boehringer, il se poursuit. Les chiffres pour 2014 devraient être publiés d’ici la fin de l’année. Selon lui, le problème n’est pas de savoir si l’or allemand est toujours ou pas à la Fed : elle devra livrer des lingots, que ce soient ceux d’origine ou non.

Lorsqu’Eric King affirme que tous ces mystères autour de l’or allemand, l’impossibilité pour quiconque de voir les lingots pour des « raisons de sécurité » signifient forcément que la Fed ne les possèdent plus, M. Boehringer est devenu encore plus loquace. Il a déclaré :

« Je suis d’accord, c’est stupide. De même que les 5 tonnes que nous avons reçues de la Fed ont dû être refondues. Pourquoi diable doivent-ils fondre nos lingots originaux, avec leur numéro de série, pour en faire de nouveaux ?

Cette nouvelle nous a rendus inquiet, car cela ne fait que renforcer la théorie selon laquelle l’or allemand aurait déjà été vendu au marché et ne se trouve pas en sécurité à la Fed de New York. C’est d’ailleurs mon opinion. Je ne crois pas qu’elle possède encore notre or, ce qui explique pourquoi les dirigeants allemands n’ont pas le droit de le voir.

De nombreux experts ont lancé ces accusations. Que la Fed a trahi le peuple allemand avec leurs activités illégales de leasing. Ce serait si simple, pour la Fed et la Bundesbank, de balayer ces craintes en organisant un audit des réserves d’or américaines, qui ferait l’inventaire des lingots appartenant aux pays étrangers. Des photos et des vidéos pourraient prouver ces faits, appuyés par une inspection de quelques personnes de confiance. Mais cela n’a pas lieu.

C’est pourquoi nous, les Allemands, sommes suspicieux à propos de la Fed. Mais cela ne nous empêche pas de vouloir réclamer notre dû, et c’est ce que nous faisons. Mais contrairement à la propagande publiée récemment sur un site Internet majeur américain, la pression en Allemagne pour rapatrier l’or allemand ne fait que grandir. (…)

C’est la raison pour laquelle j’ai demandé cette interview, pour clarifier au monde entier ce qu’il se passe vraiment en Allemagne. Cette pression n’a fait que grandir au vu du refus de coopérer de la Fed et de la Bundesbank. (…) Et je me moque de savoir si notre or est toujours à la Fed ou pas, elle peut l’acheter sur le marché si elle ne l’a plus. »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here