Le gouvernement italien veut que l’État ait la main sur l’or de l’Italie

0
785
or de la Buba

Depuis l’arrivée au pouvoir de la Ligue du Nord en Italie, les tensions entre le gouvernement et la banque centrale sont palpables. Quelques jours après en avoir appelé indirectement à la dissolution de l’institution financière, la Ligue du Nord souhaite désormais passer une loi qui transférera la propriété de l’or de l’Italie de la banque centrale à l’État. De Bloomberg :

« Les populistes italiens ont ouvert un nouveau front dans leur conflit avec la Banque centrale italienne en demandant aux parlementaires de voter une loi qui transférerait la propriété des stocks d’or, d’une valeur de presque 103 milliards de dollars, de la banque à l’État.

La loi sur la propriété de l’or, présentée par le parlementaire eurosceptique de la Ligue du Nord Claudio Borghi, ne fait qu’accroître les tensions entre la Banque d’Italie et le gouvernement de coalition. Elle a également engendré des critiques de la part de l’opposition. Certains médias italiens affirment que cela pourrait permettre au gouvernement de vendre de l’or afin de financer les promesses de relance via des dépenses publiques.

Borghi a rejeté ces accusations, en affirmant que ce serait le parlement qui aurait le dernier mot. Selon lui, la loi a pour objectif de lever les ambiguïtés qui règnent concernant la propriété de l’or. En cas d’action légale victorieuse contre la banque, par exemple en raison d’un déficit de supervision, le plaintif pourrait être compensé avec l’or de l’Italie.

« L’objectif de ma loi est d’indiquer clairement que l’or appartient à l’État et non au gouvernement », a-t-il déclaré à l’occasion d’une interview téléphonique ce lundi. « S’il y a des doutes concernant nos intentions, nous pouvons également passer une autre loi qui stipulera que les réserves d’or ne peuvent être vendues sans une majorité d’au moins 2/3 des 2 chambres du Parlement », a-t-il ajouté.

Selon la Banque centrale italienne, ses réserves, d’une valeur de 90,8 milliards d’euros, la placent au 4e rang mondial des banques centrales possédant le plus d’or. La loi, qui est en train d’être examinée par le Comité des Finances de la Chambre, demande une interprétation explicite de la législation qui définit l’État en tant que propriétaire de l’or et l’institut en tant qu’entité « qui stocke et qui gère » le métal.

Ce lundi, à Rome, le vice-premier ministre Matteo Salvini a insisté sur le fait qu’il est « important de stipuler que l’or appartient aux Italiens ».