Chers lecteurs,

Parlons de la dette américaine, elle est tout simplement astronomique.

33 700 milliards de dollars !

C’est colossal.

Elle augmente chaque année de 1 700 milliards de dollars, dont 1 000 uniquement pour payer les intérêts.

Comme la France, les Etats-Unis sont confrontés à une (énorme) crise de la dette.

Le célèbre journaliste financier John Rubino écrit :

« Les dettes s’envolent tandis que les paiements d’intérêts augmentent, ce qui ne fait qu’accroître les dettes, et c’est ainsi que la spirale devient incontrôlable ».

En plus de la dette, l’administration américaine doit faire face à la dédollarisation.

J’ai déjà écrit à ce sujet.

Elle est en cours.

Le dollar demeure la première monnaie de réserve mondiale. Il est la monnaie la plus utilisée pour le commerce et d’autres transactions internationales.

La Russie ne commerce plus en dollars depuis quelques mois.

Par exemple, l’Inde paie ses importations russes en dirhams par le biais d’intermédiaires basés à Dubaï.

D’autres paient en yuan.

L’Arabie saoudite et la Chine viennent de signer un accord pour que les achats de pétrole saoudien se fassent en yuan pour la Chine…Et pour les nombreux pays qui profitent des prêts bancaires de Pékin.

Si la demande mondiale en dollar diminue alors sa dévaluation va s’accélérer.

Logique ! C’est la loi de l’offre et de la demande.

Le coût des importations américaines va augmenter et entraîner rapidement une flambée de l’inflation dans le pays.

6 lignes pour vous parler également de la crise immobilière qui pointe son nez aux Etats-Unis : Les ventes de locaux commerciaux s’effondrent, les loyers explosent et les conditions de crédits sont de plus en plus strictes.

Ce sont principalement les banques régionales qui financent le marché de l’immobilier commercial américain et qui prennent des risques. Il y a de la faillite bancaire dans l’air !

Enfin, l’administration Biden dépense sans compter dans le militaire (842 milliards de dollars budgétisés en 2024) pour renforcer ses capacités de défense et son image de « sauveur N°1 mondial » dans les différents conflits.

N’en jetez plus, la cour est pleine.

Alors, oui, les Etats-Unis font tourner la planche à billets.

Tout le monde sait que l’impression de nouvel argent papier n’est pas une solution viable.

A ce sujet, la présidente de la BCE Christine Lagarde a elle-même déclaré (en langage diplomatique) que « l’on s’aventurait en terrain inconnu ».

La fin de l’hégémonie du dollar et de la politique monétaire mondiale adossée à une monnaie papier apparaît désormais inéluctable.

Les banques centrales le savent bien. Elles se concertent. Elles anticipent.

Depuis 2022, elles achètent de l’or, beaucoup d’or.

Elles adaptent leur stock d’or à la performance économique de leur pays afin de pouvoir passer à un étalon-or rapidement en cas de défaillance du système monétaire mondial.

Ce nouvel étalon monétaire mondial quel que soit sa forme, numérique ou non, sera adossé à l’or.

Faites comme les banques centrales : anticipez !

Vous, qui hésitez encore à investir dans l’or sous prétexte que le cours peut s’effondrer, il y a là matière à vous sécuriser.

Quant à vous qui achetez à votre rythme et selon vos capacités financières, vous serez certainement heureux(se) et fier(e) de votre investissement d’ici quelques mois.

Explorer les options d’investissement dans une valeur refuge

Si vous avez aimé le contenu de cet article, n’hésitez pas à le partager et à nous donner votre point de vue dans les commentaires ci-dessous.

Editorial
Auteur – Le blog Or Argent

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que l’auteur de Or Argent et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici