Les banques russes prêtes à couper le cordon SWIFT en cas de besoin

0
1391
roubles

Depuis qu’il est devenu la devise de réserve mondiale ainsi que la monnaie des échanges internationaux, le dollar est une arme politique et économique : les nations qui contrarient trop Washington peuvent se retrouver exclues du système. Les pays qui ne sont pas alignés sur les États-Unis travaillent donc à des solutions alternatives, notamment à SWIFT. Aujourd’hui, une solution au système des virements bancaires internationaux SWIFT est prête, selon le gouvernement russe (source RT) :

« Les institutions financières russes et les entreprises sont désormais prêtes à travailler sans le système de transfert interbancaire SWIFT, selon le vice-premier ministre Arkady Dvorkovich.

«Bien entendu, ce n’est pas l’idéal, car il s’agira d’un obstacle de taille pour les sociétés et les banques, cela ralentira le travail. Il sera inévitable de déployer des technologies vieillissantes pour les calculs et les transferts d’informations. Cependant, ces sociétés sont techniquement et psychologiquement prêtes en cas d’exclusion, vu que cette menace a souvent été brandie», a déclaré Dvorkovich.

Il a également ajouté que la mesure pourrait avoir un impact négatif sur les entreprises implantées aux États-Unis et en Europe.

« En général, exclure la Russie de SWIFT serait une décision folle de la part de nos partenaires occidentaux. Il est évident que ce serait négatif pour les sociétés qui opèrent en Europe et aux États-Unis. Et cela ne s’applique pas qu’à l’exclusion du réseau », a-t-il déclaré.

L’éventuelle exclusion de la Russie du système SWIFT est envisagée depuis 2014, lorsque l’Union européenne et les États-Unis ont introduit le premier round de sanctions contre Moscou en raison des accusations d’ingérence dans la crise ukrainienne et de la réunification avec la Crimée.

À l’époque, le Parlement européen avait demandé des mesures fortes à l’encontre de la Russie, notamment l’exclusion de ce pays du système bancaire international. Cependant, SWIFT avait considéré cette demande comme une violation des droits et une mesure négative pour les entreprises.

En 2017, le gouverneur de la Banque centrale russe Elvira Nabiullina avait déclaré au président Vladimir Poutine que tout avait été fait pour que le secteur bancaire puisse opérer en cas d’exclusion de SWIFT. D’après le régulateur russe, 90 % des distributeurs automatiques en Russie sont prêts à opérer sur base du système de paiement Mir (note : qui signifie « paix » en russe), une version locale de Visa et MasterCard.

Le système de paiement Mir a été introduit en 2015 après que des clients de certaines banques russes (SMP Bank, InvestCapitalBank, Russia Bank et Sobinbank) furent dans l’incapacité d’utiliser Visa et MasterCard en raison des sanctions.