Vers la fin du leadership chinois sur la production d’or ?

0
1094
mine

​L’Australie devrait dépasser la Chine en tant que premier producteur d’or mondial d’ici la fin de cette nouvelle décennie. Fitch Solutions prévoit une augmentation de la production aurifère de l’Australie cette année de 10,9 Moz (millions d’onces) à 13,3 Moz d’ici 2029, soit une croissance annuelle moyenne de 2,3 %. Le pays s’est de plus positionné deuxième mondial après le Canada en ce qui concerne les nouveaux projets enclenchés et le nombre d’agrandissements de mines.

Selon S&P Global Market Intelligence, les budgets d’exploration dans l’industrie minière australienne ont augmenté de 15 % pour atteindre un record en 2019. Le budget a augmenté pour la troisième année consécutive de 2018 à 2019 de près de 200 M$ à 1,53 Md$ (dollars américains). L’an dernier, la part des petites entreprises a néanmoins chuté de 40 % en 18 ans ; le phénomène de concentration par fusion-acquisition touche l’intégralité du secteur minier international, nous y reviendrons prochainement.

La production d’or de la Chine devrait quant à elle stagner pour les dix prochaines années et ce n’est pas à cause du coronavirus. Selon Fitch, « la production d’or en Chine a été mise à l’épreuve par des réglementations environnementales strictes, des fermetures de petites mines et des teneurs de minerai défaillantes en général ».

La croissance de la production mondiale est également poussée par le Canada et surtout par la Russie. Selon d’autres estimations, c’est cette dernière qui pourrait supplanter la Chine en termes de production aurifère. Effectivement, la Russie génère une production toujours plus croissante, soutenue par une demande intérieure importante. La production du pays devrait passer de 11,3 Moz d’or cette année à 15,5 Moz en 2029 selon les prévisions, soit une croissance annuelle moyenne de 3,7 %. D’ici 2029, la production russe représenterait 11,7 % de la production mondiale contre 10,4 % en 2020.

Les Russes ont également encore augmenté massivement leur stock d’or de 159 tonnes en décembre 2019 et de 12,4 tonnes au cours du mois de janvier 2020 ce qui en fait aujourd’hui le cinquième détenteur mondial d’or avec plus de 2289,15 tonnes d’or en réserve, soit 73 millions d’onces.

La Russie a dépensé plus de 40 Md$ pour se constituer un coffre de guerre en lingots au cours des cinq dernières années. Le pays a multiplié par cinq la détention d’or depuis 2007 qui représente désormais environ 20 % des réserves totales. 

Si la banque centrale de la Fédération de Russie commence or, le pays achète toujours beaucoup d’or et se classe parmi les premiers consommateurs. La particularité de la Russie étant la même que la Chine : leur or est peu présent sur le marché international, c’est-à-dire qu’ils en conservent la grande majorité sur leur territoire. Un calcul stratégique que j’ai déjà largement étayé (cf. Géopolitique de l’Or) : cela fait des années qu’ils se préparent à une crise ou une transition internationale, qui vient d’ailleurs peut-être d’être enclenchée.

Qui aura le leadership de la production d’or dans le monde demain ? L’Australie ou la Russie ? Nous suivrons le sujet de près, ainsi que ses conséquences.

Franck Pengam

Source : Géopolitique Profonde