7 raisons d’investir dans l’or en 2018

0
1607
lingots d'or pur

En 2017, le grand thème qui a animé les marchés fut le grand rallye généralisé des marchés actions. Quel que soit le titre que vous aviez en portefeuille, vous avez probablement vu sa valeur s’apprécier de belle façon.

Les grands titres américains ont progressé d’environ 20 % si on en croit la hausse de l’indice S&P 500. D’autres marchés ont fait encore mieux. Un ETF comme le Vanguard Total International a augmenté de 25 %, l’ETF iShares FTSE/Xinhua China 25 a bondi d’environ 37 %. Si vous n’êtes pas un fan des actions, il y a aussi Bitcoin, dont la valeur été multipliée par 15 en 2017.

Dans le cadre de ce rallye favorisant la prise de risque, beaucoup d’investisseurs ont boudé l’or. Cependant, il semble de plus en plus qu’en 2018 le métal précieux va enregistrer une hausse appréciable. Voici pourquoi.

Un nouveau seuil de support

D’un point de vue technique, cela fait longtemps que l’or n’a plus présenté un profil aussi attractif. Le métal précieux a flirté avec la barre des 1350 $ à plusieurs reprises durant ces dernières années, tandis qu’il a été relativement stable entre 1200 et 1250 $ l’once depuis que ce plus haut a été testé pour la dernière fois en septembre. La hausse du métal doit encore s’accélérer pour vaincre les seuils de résistance, mais une tendance claire de plus bas toujours plus élevés est un signe incroyablement encourageant tendant à prouver que l’or trouve de nouveaux seuils de support. Et vu les mouvements récents qui ont installé confortablement l’or au-dessus de la barre psychologique des 1300 $, il y a de bonnes chances pour que le métal poursuive sur son lancée.

Une tendance à court terme positive

Au-delà de cette base qui s’est formée, les tendances récentes sont positives. Le cours de l’or est en hausse d’environ 6 % sur ces 6 derniers mois, ce qui reste certes moins que les 11 % de hausse du S&P 500, mais qui n’en est pas moins appréciable. De plus, depuis décembre, l’or a grimpé de plus de 5 % alors que le Standard & Poor’s a à peine bougé.

Rotation des investissements

De nombreux investisseurs restent optimistes pour les actions après leur belle hausse de 2017, mais il est indéniable que de nombreux opérateurs se préparent à la suite des opérations, alors que la réforme fiscale est intégrée dans les valorisations et que le marché haussier des titres semble plus proche de sa fin que de son début. Il est naturel pour les investisseurs à la recherche de rendement de se mettre en quête de pâturages plus verts. Le basculement dans cette nouvelle année civile est le prétexte idéal pour sortir des marchés actions, en quête d’un véhicule d’investissement plus prometteur.

Demande mondiale solide

Au-delà des aspects techniques et des rotations, il y a une demande structurelle qui fera office de vent favorable pour l’or. Prenons par exemple l’Inde, dont les importations d’or ont augmenté de 67 % en 2017, une performance remarquable. Ce pays est le 2e consommateur d’or du monde derrière la Chine, c’est donc un facteur intéressant. En ce qui concerne l’empire du Milieu, jusqu’à novembre la demande était en hausse de 40 % sur base annuelle, d’après Kitco. Cela confirme que sur le front de la demande, la tendance est très positive.

Faible production

Tout au long de 2017, les actions minières ont connu une croissance anémique. Un rapport d’ANZ indique que la production d’or « est à un plus bas depuis la crise financière, alors que les risques ne font qu’augmenter ». Il y a des tas de facteurs en jeu, comme des sociétés à court de liquidités telles que Freeport-McMoRan qui ferme des mines au rendement insuffisant, ou encore de nouvelles législations contraignantes pour les sociétés minières dans des pays comme l’Indonésie et l’Afrique du Sud. Quoi qu’il en soit, le résultat est que la production d’or des mines est en baisse, ce qui devrait être bénéfique pour les investisseurs dans l’or en 2018.

Un dollar mou

Il y a une relation inverse entre la vigueur des prix des matières premières et la devise américaine, vu que la valeur de celles-ci est définie en dollars. Et la tendance qui se joue actuellement n’est pas en faveur d’un dollar fort, mais faible. Pour preuve, le Dollar Index est à un plus bas de 3 mois alors que cet indicateur clé a déjà baissé de près de 10 % au cours de 2017. Cette dynamique fournit de nouveaux vents favorables pour le prix de l’or.

Les cryptomonnaies ne peuvent concurrencer l’or

Si vous pensez que la folie qui s’est emparée du marché des cryptos a sapé la demande pour l’or, il est important de noter que la hausse positive du métal durant l’année 2017 a eu lieu justement durant cette hausse spectaculaire de Bitcoin. Cela démontre la résilience de l’or, même lorsque d’autres actifs alternatifs attirent l’attention des investisseurs. De plus, même après le lancement des contrats à terme sur le Bitcoin fin 2017, Goldman Sachs n’a pas enregistré « de flux sortants perceptibles » alors que l’on offrait aux opérateurs et aux investisseurs institutionnels un nouvel outil bien pratique pour parier sur le marché des cryptodevises. Ce n’est pas pour rien qu’on dit que l’or est une valeur refuge. Aucun actif à la mode ne peut changer cet état de fait.

Article de Jeff Reeves, publié le 7 janvier 2017 sur MarketWatch.com