Argent : difficile d’être pessimiste à 15 $ l’once, selon Sprott

0
1696
pièces d'argent

La performance de l’argent métal depuis le début de l’année est tout sauf folichonne. Mais tandis que l’appétit des investisseurs augmente pour l’or, l’argent pourrait en profiter.

« Il est difficile d’être pessimiste à propos de l’argent à ces niveaux », alors que le prix n’encourage pas vraiment la production, a déclaré Maria Smirnova, gestionnaire senior de Sprott Asset Management.

Jeudi dernier, les contrats à terme argent ont clôturé à 14,867 dollars l’once, soit en baisse de plus de 4 % en 2019. Ce repli fait suite à la baisse annuelle de 9 % enregistrée en 2018. En revanche, l’or était en hausse annuelle d’un peu plus d’un pour cent, après avoir reculé de seulement 2 % en 2018. « Nous nous attendons à voir l’argent surperformer l’or, a déclaré Smirnova. L’argent a souffert d’un manque d’intérêt de la part des particuliers. En cas de hausse durable de l’or, les spéculateurs seront de retour et achèteront de l’argent métal. »

La demande d’argent physique a augmenté de 4 % l’année dernière pour atteindre le record de ces 3 dernières années, d’après l’enquête du Silver Institute qui a été compilée par les analystes de Refinitiv. Le rapport, publié jeudi dernier, a également relevé que la demande d’argent à des fins industrielles a baissé de 1 % en 2018 (578,6 millions d’onces). Au total, le marché physique de l’argent en 2018 a enregistré, entre l’offre et la demande, un petit déficit de 29,2 millions d’onces, soit le presque équilibre.

Smirnova s’attend à une demande industrielle stable en 2018, malgré la croissance qui ralentit. Selon les dernières prévisions du FMI, la croissance mondiale devrait atteindre 3,3 % 2019, une estimation revue à la baisse par rapport à celle de janvier (3,5 %).

« Les quantités d’argent utilisées pour la fabrication de produits ne représentent pas de gros volumes », a expliqué Smirnova. À titre d’exemple, la quantité d’argent utilisée pour la fabrication d’une voiture ou d’un téléphone portable est limitée, donc un éventuel ralentissement économique ne devrait pas impacter fortement la demande. La demande d’argent pour le secteur photovoltaïque est également immunisée en cas de ralentissement de la croissance, car ce secteur dépend davantage des aides gouvernementales et des besoins en énergie verte. La question du retour des particuliers sur le marché de l’argent physique est ce qui déterminera la hausse du cours, selon elle.

Selon la World Silver Survey, la demande pour les lingots et les pièces d’argent a augmenté de 20 % l’année dernière, avec une croissance particulièrement forte pour les lingots, de plus de 53 %. L’enquête a également pointé une 3e baisse annuelle consécutive de la production du métal gris. En 2018, elle a à nouveau reculé de 2 %, pour atteindre un total de 855,7 millions d’onces. « L’argent métal est bon marché, à 15 $ cela n’encourage pas vraiment la production, a déclaré Smirnova. Les mines qui produisent principalement de l’argent soit enregistrent de maigres bénéfices, soit perdent de l’argent. »

D’autres analystes sont plus prudents. Adam Koos, président du Libertas Wealth Management Group, estime que le marché de l’argent est dans une position attentiste. Mais il n’exclut pas un changement de tendance en 2019. Il souhaite néanmoins voir le métal gris à plus de 16 $ l’once avant d’investir des montants significatifs.