Bill Gross : « Notre système financier hautement leveragé est comme un camion de nitroglycérine sur une route chaotique »

0
1313
camion surchargé
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’investisseur spécialisé dans les obligations Bill Gross a averti ce jeudi que les investisseurs ne devraient pas être tentés par des actions qui atteignent les sommets et les obligations d’entreprise, vu la possibilité d’un échec de Donald Trump dans la mise en place de ses politiques visant à doper la croissance.

Les principaux indices de Wall Street ont grimpé depuis l’élection de Trump et restent proches de leurs records historiques, poussés dans le dos par l’optimisme que ses politiques pourraient doper la croissance dans divers secteurs et entraîner les actions encore plus haut.

Un système toujours aussi fragile

« Ne soyez pas séduits par le mirage de Trump d’une croissance à 3/4 %, par les résultats magiques des baisses d’impôts et de la dérégulation », a écrit Gross dans ses dernières «Perspectives d’Investissement», un document publié durant la première semaine de chaque mois.

« L’économie américaine, ainsi que mondiale, tente de maintenir un équilibre fragile en raison du leverage en hausse et de la possibilité que des taux trop hauts ou trop bas provoquent un désastre sur un système financier sous pression grandissante. Tracassez-vous plus de revoir votre argent que du rendement, en 2017 et au-delà. »

Gross, gestionnaire du fonds obligataire Janus Global Unconstrained Bond Fund, a caractérisé cette période positive en tant que « marché haussier de Trump », tandis que les « esprits des animaux » ont encouragé le risque.

Les détails concernant les politiques de Trump sont cependant rares et les gains des actions se sont modérés en raison des craintes grandissantes de possible surévaluation des marchés actions.

Le S&P500 s’échange à environ 18 fois les estimations de bénéfices, alors que la moyenne historique est de 15, d’après Thomson Reuters.

Gross a déclaré que l’économie mondiale a créé plus de crédit, par rapport au PIB généré, qu’au début de la Grande Récession de 2008.

« Aux États-Unis, la dette de 65 trillions de dollars représente environ 350 % du PIB annuel, et ce ratio ne cesse de grimper », a déclaré Gross.

« En Chine, ce ratio a plus que doublé durant la dernière décennie pour atteindre presque 300 %. Depuis 2007, la Chine a ajouté pour 24 trillions de dettes à son bilan collectif. Durant la même période, les États-Unis et l’Europe ont seulement creusé leur dette de 12 trillions chacun. »

Gross a déclaré que les banques centrales tentent de trouver l’équilibre entre la génération limitée du crédit en adéquation avec la croissance du PIB nominal, « en gardant le coût du crédit à un taux qui n’est ni trop haut, ni trop bas, juste idéal ». Il a ajouté que la présidente de la FED, Janet Yellen, « est une Boucles d’Or des temps modernes ».

Si Gross juge la performance de Yellen « bonne jusqu’à présent, je suppose », il a déclaré que la reprise américaine est faible d’un point de vue historique. Pourtant, les banques et les entreprises se sont recapitalisées, la création d’emplois est stable et, plus important encore – en tout cas pour la FED -, les marchés ont atteint des records historiques, « suggérant des lendemains meilleurs ».

Mais Gross a déclaré que « notre système financier hautement leveragé est comme un camion de nitroglycérine sur une route chaotique. »

« Une erreur peut déclencher une implosion du crédit durant laquelle les détenteurs des actions, des obligations à haut rendement, et, oui, des crédits hypothécaires supbrimes se ruent tous vers la banque afin de réclamer l’unique dollar qui se trouve dans ses coffres », a-t-il déclaré.

C’est arrivé en 2008, d’après Gross, notant que les banques centrales étaient dans une position de baisser de façon dramatique les taux et d’acheter des actifs pour des trillions de dollars via les QE afin d’éviter une recherche paniquée des portes de sortie.

« Aujourd’hui, la flexibilité des banques centrales n’est plus la même qu’à l’époque, a déclaré Gross. À l’échelle mondiale, les taux sont proches de zéro, voire parfois négatifs. Les QE des banques centrales qui se poursuivent sont en train d’approcher leurs limites alors qu’ils achètent de plus en plus d’obligations existantes, menaçant les marchés repos et le fonctionnement quotidien de l’activité financière. »

Bonus : les QE des banques centrales

Et en bonus, on peut voir que les injections de liquidités cumulées des banques centrales du monde sont, en 2017, très proches de leur record historique :

QE cumulé des banques centrales

Article du Business Insider, publié le 9 mars 2017