De 1150 à 1475 $ l’once d’or en 2019 : qui aura raison ?

0
932
lingotins d'or de 50 grammes, 20 grammes, etc.

Le LBMA vient de publier son sondage annuel concernant les prévisions du cours de l’or en 2019. Les 30 analystes du marché des métaux précieux interrogés ont fourni des estimations allant de 1150 à 1475 $ l’once d’ici la fin de l’année. Qui aura raison ?

Augmentation modeste du prix du métal jaune

Par rapport à il y a un an, les opinions des analystes interrogés par le LBMA sont fortement divergentes. La prévision moyenne est de 1311,71 dollars. C’est donc grosso modo où nous en sommes en ce moment, ou encore une hausse modeste de 1,8 % du cours de l’or par rapport au niveau qui était de mise lorsque le sondage a eu lieu, à la mi-janvier 2019. Par rapport au prix de 2018, il s’agit d’une augmentation de 3,8 %. En revanche, l’écart de 325 $ entre la prévision la plus basse et la prévision la plus haute signifie qu’on est loin d’un consensus, donc que cette année 2019 pourrait être très intéressante.

Il n’y a pas que les perspectives de l’or qui divisent. On retrouve également de gros écarts dans les prévisions du prix du palladium. Elles sont encore plus marquées, allant de 900 à 1715 $ pour une prévision moyenne de 1267,68 dollars. Si 2019 pourrait être intéressant pour le métal jaune, cela pourrait être turbulent pour le palladium.

Les analystes sont plus optimistes pour l’argent. En moyenne, ils prédisent une hausse de 4,2 % (16,28 dollars l’once). C’est néanmoins le platine qui a la préférence des experts, qui le voit augmenter en moyenne de 5,1 % (850,71 dollars) en 2019.

Les arguments en faveur de l’or

Les analystes ont avancé de nombreux arguments, pour et contre l’or. Voici ceux cités afin de justifier une vision optimiste :

  • Ton plus conciliant de la FED ;
  • Baisse du rendement des obligations américaines ;
  • Faiblesse du dollar ;
  • Volatilité des marchés actions ;
  • Cycle économique américain qui arrive à maturité, et qui pousse ainsi les investisseurs vers les valeurs refuges.

Fin du cycle économique, risque de récession, inflation en hausse et politiques plus accommodantes devraient consolider l’or.

Les arguments en défaveur de l’or

Voici désormais les raisons de douter de la hausse de l’or :

  • Vigueur de l’économie américaine ;
  • Caractère éphémère de la posture plus souple de la FED ;
  • Fin du litige commercial entre la Chine et les États-Unis, qui éliminerait une source d’incertitude et encouragerait la prise de risque ;
  • Inflation basse et taux réels positifs.

La vision pessimiste repose sur un scénario dans lequel l’économie américaine continue de croître tandis que la FED poursuit son serrage de vis durant le second semestre. Tandis que l’inflation reste basse, les taux réels augmentent et les risques actuels se dissipent, comme le Brexit ou les guerres commerciales.

L’opinion d’Arkadiusz Sieron

Voici les différents scénarios de quelques experts de premier plan. Lequel est le plus convaincant ? Selon nous, les optimistes sont dans une meilleure position. Comme nous l’avons expliqué en janvier, le recul de la FED sur le front de la hausse des taux devrait se traduire par un dollar plus faible et des taux plus bas.

N’oubliez pas que ces facteurs macro-économiques ont une influence capitale sur le marché de l’or, et qu’ils furent un vent contraire en 2018. Cette année, ils devraient se dissiper. (…) De plus, la BCE pourrait commencer son processus de normalisation de ses politiques monétaires durant le second semestre de 2019. Ou, a minima, les investisseurs pourraient commencer à anticiper ce revirement et à l’intégrer dans les valorisations. Cela pousserait également le dollar à la baisse et consoliderait en conséquence le métal jaune.

Pour être clairs, nous sommes bullish à la marge. Cela signifie que nous pensons fermement que les perspectives fondamentales pour l’or sont meilleures qu’elles ne l’étaient en 2018. En fait, les prévisionnistes du LBMA pourraient sous-estimer le potentiel haussier de l’or. Mais cela ne signifie pas nécessairement que nous assisterons à un marché haussier durable. Nous nous attendons plutôt à un processus de rééquilibrage en faveur de l’or. Pour que le métal jaune bondisse véritablement, nous aurons besoin d’un ralentissement économique sérieux aux États-Unis, voire même une récession, et l’obligation pour la FED de baisser les taux.

Quoi qu’il en soit, la vigueur récente de l’or est encourageante, même si les investisseurs ne doivent pas perdre de vue que janvier est saisonnièrement l’un des meilleurs mois du métal jaune. Nous restons néanmoins fondamentalement bullish. Si cela devait changer, nous ne manquerons pas de vous en avertir.

Source : safehaven.com