Dédollarisation : une réalité de plus en plus concrète pour la Russie

0
487
des dollars

La Banque centrale de Russie a continué de se débarrasser de ses obligations américaines durant le mois d’août. Les investissements russes dans la dette américaine se rapprochent de plus en plus de zéro.

La Russie a vendu quasiment toutes ses obligations américaines pour investir dans l’or

Les investissements russes dans la dette américaine sont tombés à 14 milliards durant le mois d’août 2018. En 2011, la Russie était l’un des plus gros porteurs d’obligations US : son portefeuille s’élevait à 180 milliards de dollars.

Les raisons ne sont pas uniquement politiques, dictées par les sanctions, selon les déclarations de Timur Nigmatullin, trader d’Otkritie Bank, à RIA Novosti. La FED est en train de relever ses taux, ce qui fait baisser le prix des obligations. « La Russie a quasiment vendu toutes ses obligations américaines, elle n’est désormais que le 54e porteur.

D’autres ventes d’obligations par la Russie seront probablement compensées par l’achat d’or et des dépôts à court terme auprès de banques », a-t-il déclaré. La part de l’or dans les réserves de la Russie a atteint un pourcentage record de 18 %, soit l’équivalent des réserves en dollars de la banque centrale.

Les plus gros investisseurs dans la dette américaine, à savoir la Chine et le Japon, ont également réduit leur exposition aux États-Unis. Les obligations détenues par la Chine ont baissé de 1,171 trillion en juillet à 1,165 trillion le mois suivant. Cela fait 3 mois d’affilée que l’empire du Milieu réduit son portefeuille. Le Japon possédait pour 1,029 trillion d’obligations US en août, soit un plus bas depuis octobre 2011.

Posséder des obligations américaines se justifie par le commerce mondial, toujours dominé par le dollar, a déclaré Anton Tabah, directeur de l’analyse macroéconomique d’Expert RA. Les pays sont donc contraints d’avoir beaucoup de dollars à disposition. Posséder des obligations américaines est la meilleure façon d’atteindre cet objectif, selon lui.

L’Inde et la Turquie ont suivi l’exemple de la Russie. La Turquie a disparu du top 30 des plus gros porteurs de dette américaine, tandis que l’Inde a également vendu des obligations pendant 5 mois consécutifs pour diminuer son portefeuille à 140 milliards de dollars en août.

Source : RT.com