Deutsche Bank à nouveau dans la tourmente

0
940
Deutsche bank

Le nouveau PDG de Deutsche Bank, Christian Sewing, a admis que sa banque doit faire face à une vague de « mauvaises nouvelles » après que l’agence de notation influente Standard & Poor’s ait abaissé sa note, ce qui pourrait augmenter le coût de son financement.

Vendredi, Standard & Poor’s a abaissé la note de la banque allemande d’un cran à BBB+, la 3e note la plus mauvaise, en disant : « La nouvelle stratégie de Deutsche Bank envisage une plus grande restructuration de son business model qu’anticipé. »

Si la direction est en train de prendre des mesures « fortes » pour retrouver la rentabilité, la banque « semble s’engager dans une période de sous-performance durable par rapport à l’ensemble du secteur, de nombreuses banques ayant déjà terminé leur restructuration ».

Monsieur Sewing s’est adressé à son personnel via une lettre : « Soyons directs : les nouvelles ne sont pas bonnes… Je comprends que les nouvelles qui se succèdent actuellement peuvent vous donner l’impression qu’aucun répit n’est accordé à la banque. C’est pourquoi je pense qu’il est important de remettre ces nouvelles en perspective. »

Il a insisté sur le fait que la solidité financière de la banque « ne fait pas l’ombre d’un doute », même si elle devra exécuter avec succès, « rapidement et de façon rigoureuse », sa stratégie. La division banque d’investissement et d’entreprises dispose « d’une orientation stratégique claire, nous sommes bien avancés dans son implémentation, conformément aux annonces récentes ».

Le mois dernier, Deutsche Bank a annoncé la suppression de 7 000 emplois. Le couperet devrait notamment faire de nombreuses victimes du côté de Londres.

La baisse de la note de S&P pourrait augmenter le coût du financement de la banque. Cela augmente la pression qui pèse sur Monsieur Sewing, qui a remplacé le Britannique John Cryan en avril après 3 exercices annuels consécutifs de pertes. Monsieur Sewing a pour mandat d’accélérer la stratégie de refocalisation de Deutsche Bank sur le marché européen, en délaissant ainsi Wall Street.

S&P avait démarré son examen de Deutsche Bank après l’embauche de Monsieur Sewing. Le renouvellement constant du management de la banque posant des questions quant à la stratégie à long terme de la banque, sans parler des problèmes chroniques de rentabilité de Deutsche Bank.

Les actions de l’institution allemande ont clôturé à un plus bas historique ce jeudi après la publication de rapports affirmant que les régulateurs américains avaient placé Deutsche Bank sur la liste des banques problématiques. Monsieur Sewing a déclaré : « Nous ne commentons pas dans le détail notre dialogue avec les régulateurs. »

Perspective stable

S&P a précisé que la perspective de la note de Deutsche Bank est stable. Cela reflète l’opinion de l’agence de notation, qui estime que la direction « exécutera sa stratégie rapidement. À terme, elle devrait progresser par rapport à ses objectifs financiers 2019 pour atteindre son but à long terme, à savoir un business model plus stable et plus efficace. »

Le coût d’une assurance en cas de défaut df’une dette senior, qui se matérialise par les CDS sur 5 ans, a bondi bien au-delà de 150 points de base ce jeudi, alors que l’on était environ 70 points de base au début de l’année. À titre de comparaison, l’écart par rapport à 2 grandes concurrentes européennes de DB, BNP Paribas et Barclays, était de respectivement 53 et 103 points de base.

Les agences de notation « s’attendent à ce que les opérations de restructuration aient lieu rapidement, de façon décisive », a déclaré le CFO de Deutsche Bank, James von Moltke, à la fin du mois d’avril.

« L’objectif est clairement d’augmenter notre marge et d’améliorer la rentabilité structurelle, des choses qui seront positives de la perspective du crédit. »

La baisse de la note d’une institution signifie la plupart du temps l’augmentation de ses coûts de financement. Des sociétés comme Deutsche Bank dépendent fortement d’un bilan solide pour garantir leurs opérations de trading et sur les produits dérivés. Les analystes de Goldman Sachs ont récemment affirmé que la perte du statut A- accordé par S&P allait coûter cher à la banque.

capitalisation boursière de Deutsche Bank

« Davantage de méfiance de la part des contreparties pourrait se manifester en cas d’abaissement de la note, surtout auprès des clients qui utilisent dans le cadre de leur gestion du risque des stratégies automatisées en fonction des notes », pouvait-on lire dans le rapport de Goldman Sachs.

Cela pourrait donc faire davantage de tort à l’action Deutsche Bank, et donc impacter négativement la capacité de la société à générer des bénéfices, selon les analystes. Mais, parmi les points positifs, la banque dispose toujours de réserves liquides exceptionnellement importantes.

La baisse de la note de Deutsche Bank par S&P la rapproche davantage de celle de sa rivale, Moody’s, qui note la dette à long terme de la banque allemande Baa2. À la nomination de Monsieur Sewing, Moody’s avait confirmé la note de Deutsche Bank.

Article du Telegraph, publié le 1er juin 2018