Gordon Brown : la planète se dirige, tel un somnambule, vers une nouvelle crise

0
1253
Gordon Brown

L’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown a averti que le monde est en train de se diriger, tel un somnambule, vers une nouvelle crise financière car les gouvernements ne se sont pas attaqués aux causes de la crise de 2008.

Le dirigeant de la Grande-Bretagne durant l’époque à laquelle l’effondrement de la banque d’investissement américaine Lehman Brothers a déclenché la pire crise financière depuis la Grande dépression a déclaré qu’aujourd’hui, le monde manque de leadership et que nous entrons dans une période de vulnérabilité.

« Nous courons le risque de nous diriger tel un somnambule vers une nouvelle crise », a déclaré Brown, âgé de 67 ans, au Guardian. « Nous serons victimes d’un réveil brutal lorsque les risques vont commencer à croître alors que nous sommes sans leadership mondial. »

Selon Brown, l’économie mondiale n’est pas parvenue à mettre en place un mécanisme d’alerte, un système de traçage des flux financiers qui permettraient de savoir à quelles fins l’argent était prêté, et à quelles conditions.

« On s’est attaqué aux petits problèmes, sans toucher aux choses cruciales », a déclaré Brown, qui fut Premier ministre du Royaume-Uni de 2007 à 2010.

Toujours selon Brown, les actions entreprises contre les délits financiers ont été trop molles. En cas de crise future, de nombreuses banques devraient à nouveau être renflouées.

« Les pénalités en cas de méfaits n’ont pas été suffisamment augmentées », a-t-il déclaré. « La peur des banquiers de devoir faire de la prison en cas de mauvais comportement n’est pas présente. Les gouvernements n’ont pas lancé de messages assez forts indiquant que cette fois, les institutions qui n’ont pas remis de l’ordre dans leurs affaires ne seront pas sauvées. »

Brown a ajouté que la coopération internationale qui a permis d’éteindre le feu de la crise financière il y a 10 ans pourrait ne pas être possible aujourd’hui, en raison de la montée du protectionnisme.

« La coopération qui fut mise en place en 2008 ne serait pas possible dans une crise post-2018, que ce soit en termes de collaboration entre les banques centrales ou les gouvernements. On assisterait plus à la recherche d’un bouc émissaire que d’une solution », a-t-il déclaré.

Une porte-parole du Premier ministre May a réfuté les commentaires de Brown en affirmant que la Grande-Bretagne a bâti l’une des économies les plus robustes du monde depuis 2008.

« Nous avons réformé nos régulations pour mettre en place l’un des systèmes les plus stricts de la planète. Nous avons également facilité la résolution des problèmes qui pourraient émerger sur le front bancaire », a-t-elle ajouté.

Source : Reuters