HSBC a perdu 200 millions en un jour à cause de l’or

0
2471
lingotins d'or

HSBC Holding Plc a perdu environ 200 millions de dollars durant une journée du mois de mars en raison des perturbations du marché de l’or qui ont engendré des divergences dramatiques sur ses 2 marchés clés, d’après une déclaration de la banque.

Cette perte quotidienne fut inhabituellement importante pour un marché dont les acteurs principaux, dont HSBC et JPMorgan, espèrent traditionnellement engranger un bénéfice de 200 millions de dollars sur toute l’année. Cette perte est bien plus importante que les montants maximums prévus par les modélisations du risque de la banque.

Cet événement met en exergue la nature extrême des événements qui ont perturbé le marché de l’or durant la fin du mois de mars, alors que les confinements fermaient les raffineurs et clouaient au sol les avions.

Le prix des contrats à terme de l’or de New York et le cours spot de Londres, qui sont habituellement séparés par quelques dollars, ont affiché un écart qui a pu s’élever jusqu’à 70 $, soit du jamais vu depuis 4 décennies. Cette divergence a affecté les banques actives dans le trading de type EFP (Exchange For Physical, échange contre du physique), le mécanisme via lequel les traders basculent leurs positions entre le marché de New York et de Londres.

HSBC, qui avait dévoilé dans une déclaration précédente avoir été impactée par les perturbations du marché de l’or, vient de révéler cette semaine l’ampleur de sa perte dans un graphique qui la met en perspective avec ses profits quotidiens durant le premier trimestre.

(…)

La semaine dernière, l’écart de prix entre New York et Londres s’est normalisé en devenant inférieur à 5 $.

Cela dit, HSBC n’est pas la seule victime de cette configuration inhabituelle. Les banques vendent régulièrement des contrats à terme or à New York afin de protéger leurs positions de Londres, ce qui les expose à des pertes significatives en cas de divergence importante.

C’est ainsi que certains acteurs se sont retirés du marché EFP durant ces dernières semaines. Ou carrément du marché de l’or. La canadienne Bank of Nova Scotia, qui fut pourtant historiquement l’une des plus grosses banques de lingots et dont les origines remontent au XVIIe siècle, a annoncé en avril à son personnel qu’elle fermait sa division métaux précieux.

Source