Jamais autant d’argent n’a pris la direction du GLD en un jour

0
2831
or de la Buba

Le vendredi 21 juin 2019, le plus gros ETF or du monde, le GLD, a enregistré des arrivées de capitaux frais pour un montant de 1,5 milliard de dollars. Cet afflux fut supérieur d’environ 10 % au record quotidien précédent, qui fut enregistré le 11 juillet 2008.

La semaine dernière, on a donc assisté à l’afflux le plus massif de l’histoire de l’ETF, qui fut créé juste avant la crise financière de 2008. Cela a d’énormes conséquences pour les investisseurs dans l’or.

Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant que le métal jaune ait atteint un plus haut de 5 ans et qu’il ait franchi son seuil clé de résistance.

Ruée vers l’or : suivez les flux

Les secteurs auxquels les fonds passifs allouent leurs capitaux font partie des choses que nous surveillons de près. Cela fait des années qu’ils s’intéressent à l’or. Et récemment, ils ont commencé à prendre des positions sur ce secteur. Si vous comprenez comment les algorithmes fonctionnent, vous savez que ceux-ci, ainsi que les fonds passifs, courent après les profits et la liquidité.

Vu que le marché de l’or est relativement restreint par rapport au secteur financier ou Biotech, il ne faut pas des sommes énormes pour faire bouger les prix. Voici, par exemple, le poids des minières par rapport au S&P 500.

Les minières sont des titres de niche. Ce sont sur ces secteurs que l’on peut le plus facilement enregistrer une multiplication par 10 du prix. Si le poids des minières par rapport au S&P 500 devait doubler, ce qui resterait en dessous de sa moyenne historique de 0,234 %, il s’agirait de l’un des actifs les plus attractifs du monde. Avec des hausses de 1000 % ou plus à la clé.

Si on compare l’or au secteur biotech, on constate que bien plus d’argent a afflué vers les biotechs depuis les années 90. Si une portion de cet argent devait migrer vers les minières, ce serait spectaculaire. La bonne nouvelle pour les petits investisseurs, c’est que ce genre de décision est prise lentement du côté des fonds généralistes. L’investisseur privé peut donc les devancer et engranger des profits importants.

Source : Katusa Research (traduction partielle)