La Chine a (officiellement) acheté de l’or en mai, pour le 7e mois d’affilée

0
863
or

La Chine continue d’acheter de l’or à un rythme soutenu. En mai 2019, elle a ajouté 10 tonnes de métal jaune a ses réserves. Cela fait le 7e mois d’affilée que Pékin augmente ses réserves d’or.

« Il s’agit d’une stratégie de diversification pour réduire son exposition au dollar, notamment en raison des tensions commerciales et de la guerre froide technologique qui est en train de se développer », a écrit Bart Melek, responsable de la stratégie matières premières de TD Securities. « Nous ne devons jamais oublier que la valeur de l’or ne dépend de personne. »

Même si les chiffres officiels des stocks d’or de la Chine sont fortement contestés pour être sous-estimés par les autorités, il s’agit du seul chiffre disponible. Quelle que soit la vérité, il est important de relever que le gouvernement chinois a choisi de raviver cette tendance qui consiste à annoncer chaque mois ses achats de métal jaune.

« Vu les tensions avec les États-Unis, il n’est pas surprenant que la Chine souhaite diversifier ses réserves », a déclaré Howie Lee, économiste de la Oversea-Chinese Banking Corp. à Singapour. Il a ajouté que la tendance devrait se poursuive dans les mois à venir alors que les réserves de la Chine restent bien loin de celles de pays comme les États-Unis et l’Allemagne.

« Outre cette tentative de diversifier ses réserves et de réduire son exposition au dollar, cette stratégie d’achats d’or est importante pour un pays qui aspire à devenir une superpuissance », a ajouté Lee.

Durant le mois de mai, la Banque de Chine a acheté 10,3 tonnes de lingots d’or, d’après les chiffres publiés sur son site ce lundi. Durant les 6 mois précédents, elle avait accumulé presque 74 tonnes de métal. (…)

Adosser la valeur du yuan à l’or pour l’internationaliser ?

Il se peut qu’Alasdair Macleod soit sur quelque chose lorsqu’il relève que si la Chine souhaite utiliser le yuan à la place du dollar dans le cadre de ses échanges commerciaux, elle devra adosser la valeur de sa monnaie à l’or :

« Il est difficile de concevoir comment les États-Unis pourraient concurrencer un plan visant à introduire une monnaie saine en Chine. De plus, les finances du gouvernement sont déjà en piteux état. Le retour à une monnaie saine aux États-Unis exigerait une réduction des dépenses du gouvernement jugée par tous les experts comme politiquement infaisable. Ce problème ne se pose pas en Chine. (…)

Rien ne dit que la Chine optera pour cette stratégie. Il existe pourtant une certitude : la prochaine crise du crédit aura lieu, et elle aura un impact majeur sur toutes les nations qui utilisent une monnaie papier. La question des taux, en raison de la montagne de dettes des gouvernements et des ménages, devrait être réglée. Quasi toutes les économies développées sont prises dans le piège de la dette. Les obstacles qui se dressent sur le chemin de politiques monétaires saines sont simplement trop effrayants pour être levés.

Mais, en bout de course, le retour à l’argent sain serait une solution bien moins douloureuse que la perte du pouvoir d’achat allant crescendo de l’argent papier. Pensez au Venezuela, comment l’argent sain réglerait leurs problèmes. (…) Essayer de gagner du temps en déversant encore plus de liquidités dans une économie qui souffre d’une crise du crédit ne fera que détruire la monnaie. Cette tactique a fonctionné durant la crise Lehman, mais on a frôlé la catastrophe. Il est improbable que cela marche une seconde fois.

Vu que l’économie chinoise s’est endettée durant les 10 dernières années principalement pour financer la production, si elle n’agit pas rapidement elle va se retrouver avec une bonne vieille récession qui poussera de nombreuses entreprises à la faillite et fera bondir le chômage. Les filets de sécurité sociaux sont très limités en Chine. Sans une répression de type maoïste, elle risque non seulement de ne pas pouvoir assouvir ses ambitions, mais aussi de faire face à des mouvements sociaux de masse.

Pour la Chine, un yuan adossé à l’or est l’unique porte de sortie. Cela signifie qu’elle devra réfuter fermement ce qui a été enseigné à ses esprits les plus brillants dans les universités occidentales. Mais si elle agit à temps et de façon décisive, la Chine sera la seule superpuissance debout quand le calme sera revenu. »

Rien ne garantit que l’on se dirige vers un tel scénario. Mais la tendance ci-dessous mérite qu’on y réfléchisse.

Source : ZeroHedge