La dette des ménages américains atteint un nouveau record

0
301
dette

La dette totale qui pèse sur les épaules des contribuables américains a atteint un nouveau record. À l’occasion du dernier trimestre, elle a atteint le montant de 13,5 trillions de dollars. Une hausse inhabituelle des impayés sur les crédits étudiants est peut-être un nouveau signal indiquant que la période de croissance économique que les États-Unis traversent est en train de tirer à sa fin.

Le nombre de personnes possédant un crédit étudiant qui sont en retard important de paiement, soit de plus de 90 jours, a grimpé à 9,1 % durant le T3 2018, contre 8,6 % le trimestre précédent, a rapporté vendredi dernier la FED de New York. Il s’agit du bond trimestriel concernant les impayés sur les crédits étudiants le plus conséquent depuis 7 ans.

dette US ménages T3 2018

Il s’agit d’un renversement après une période d’amélioration sur ce front. Les crédits étudiants représentent la somme de 1,4 trillion de dollars. Des soucis sérieux du côté du crédit auto se manifestent depuis 2012, depuis l’année dernière du côté des cartes de crédit, ce qui a le don d’inquiéter certains économistes.

L’économie mondiale numéro 1 a affiché cette année une croissance bien supérieure à son potentiel, et ce grâce à un taux de chômage le plus bas enregistré depuis les années 60, ainsi qu’une forte consommation des ménages. Si les États-Unis devaient encore être en croissance l’année prochaine, il s’agirait d’un nouveau record de longueur d’un cycle d’expansion économique.

La dette totale des ménages, surtout représentée par les 9,1 trillions de dollars des prêts hypothécaires, est désormais supérieure de 837 milliards de dollars par rapport au pic antérieur d’avant 2008, soit juste avant le début de la dernière récession, qui avait engendré une énorme vague de désendettement à travers les États-Unis. L’endettement a grimpé de façon constante depuis plus de 4 ans pour être aujourd’hui supérieur aux niveaux enregistrés en 2013.

L’augmentation de 219 milliards de dollars de la dette totale durant le trimestre qui s’est terminé le 30 septembre dernier est la hausse trimestrielle la plus importante depuis 2016.

Si les emprunteurs sont bien plus solvables aujourd’hui et que les prêteurs sont plus prudents que durant la période qui a précédé la dernière récession, la tendance à la hausse des retards de paiement dans les secteurs du crédit auto, de la carte du crédit et maintenant du crédit étudiant pourrait contrarier les décideurs de la FED et d’ailleurs.

Environ 4,7 % de la dette due affichait un retard de paiement d’une durée variable, contre 4,5 % précédemment. (…)

Des statistiques distinctes de la FED de New York ont montré que les emprunteurs de 30 à 39 ans ainsi que ceux de plus de 50 ans ont été largement responsables de la hausse des impayés. Il s’agit d’un indicateur utilisé par les économistes pour évaluer les tensions sur le marché du crédit, ainsi que la probabilité de défaut.

Et tandis que la banque centrale s’est engagée dans un cycle de relèvement graduel des taux, les demandes de crédits hypothécaires ont grimpé jusqu’à 445 milliards, contre 437 milliards au trimestre précédent, ce qui suggère que les emprunteurs se dépêchent à contracter un crédit pour bloquer un taux inférieur tant qu’il en est encore temps.

Source : Reuters