La Fed craint les déséquilibres des marchés financiers et la possibilité d’une correction significative

0
1895
Fed

Les responsables de la Federal Reserve ont exprimé des avis largement optimistes concernant la croissance économique durant leur dernière réunion, mais également des craintes concernant les valorisations des marchés financiers qui déraillent et qui posent un danger pour l’économie.

Le compte rendu de la réunion du comité de la FED du 31 octobre et du 1er novembre fait état d’une vision quasi unanimement positive concernant la croissance, notamment concernant le marché du travail, la consommation et la production industrielle, qui ont enregistré des progrès solides. Les seuls désaccords concernent l’inflation ou encore l’approche à utiliser concernant la stabilité des prix. Mais malgré cela, le sentiment était largement positif.

De plus, le comité estime que la situation pourrait être encore plus positive si le Congrès baisse la fiscalité des entreprises dans le cadre de la réforme fiscale qui va passer devant le Sénat. (…)

Cependant, en ce qui concerne l’évaluation des marchés, les discussions se sont faites sur un ton plus prudent.

Les marchés actions sont tout feu tout flamme en 2017, ayant battu record sur record et s’étant appréciés de plusieurs trillions. Cela s’explique par un contexte de meilleurs résultats et d’espoirs de concrétisation d’une réforme fiscale qui devrait abaisser l’impôt sur les bénéfices de 35 à 20 %.

Mais certains membres du comité craignent des conséquences d’une baisse subite des marchés.

« Au vu de la valorisation élevée des actifs et de la basse volatilité des marchés financiers, certains participants ont exprimé des craintes concernant la formation potentielle de déséquilibres financiers », indique le compte rendu. « Ils craignent qu’une correction importante puisse infliger des dégâts à l’économie. »

Les craintes concernant la hausse des marchés actions ne sont pas neuves du côté de la FED, mais la plupart de ses responsables ont minimisé la possibilité de l’existence d’une bulle. Wall Street s’interroge également sur les marchés, Bank of America Merrill Lynch ayant prédit un plus haut pour 2018 alors que Goldman Sachs envisage une nouvelle année record.

Certains membres ont affirmé que le marché haussier est justifié par les taux d’intérêt « neutres » qui perdurent et qui ne sont ni restrictifs pour la croissance, ni accommodants. (…)

Concernant l’inflation, le consensus est plus mitigé, certains membres du comité n’étant pas d’accord avec l’idée que la faiblesse de l’inflation soit due à des facteurs transitoires.

Tandis que d’autres membres estiment que la FED pourrait prendre des risques à attendre trop longtemps que l’inflation augmente, ce qui pourrait déstabiliser les marchés financiers. (…) Certains membres ont même été jusqu’à suggérer que la FED devrait revoir son approche concernant l’inflation, en abandonnant son objectif de 2 % pour un objectif plus nébuleux de « hausse graduelle » des prix.

En termes de politique monétaire, le comité a choisi de ne pas relever son taux directeur, comme attendu par les marchés, mais il a indiqué que des hausses graduelles sont susceptibles d’avoir lieu dans le futur. Les marchés estiment à presque 100 % les chances d’un relèvement des taux en décembre. (…) »

Source : CNBC