L’ancien économiste en chef de Goldman Sachs, Jim O’Neill, appelle le bloc des BRICS à se développer et à remettre en cause la domination du dollar américain. Les récentes mesures prises par la Chine avec le yuan vont déjà dans ce sens.

Selon M. O’Neill, la domination du dollar déstabilise les politiques monétaires des autres pays. C’est pourquoi le bloc des BRICS – composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud – devrait s’y opposer.

« Le dollar américain joue un rôle beaucoup trop dominant dans la finance mondiale », écrit-il dans un article publié dans la revue Global Policy. « Chaque fois que la Réserve fédérale américaine s’est engagée dans des périodes de resserrement monétaire ou, au contraire, de relâchement, les conséquences sur la valeur du dollar et les effets d’entraînement ont été dramatiques.

La preuve en a été faite au cours de l’année écoulée, lorsque la Fed a poursuivi son rythme de resserrement monétaire le plus rapide depuis des décennies pour maîtriser l’inflation, faisant passer son taux directeur d’environ zéro à une fourchette de 4,75 % à 5 %.

M. O’Neill considère que la domination du dollar est un fardeau pour les pays dont la dette est libellée en dollars, car leurs politiques monétaires sont déstabilisées par les fluctuations des taux de change.

L’ancien économiste en chef de Goldman, qui a inventé le nom du groupe, appelle maintenant les BRICS à s’élargir pour créer un système mondial multidevises plus équitable en incluant des pays émergents tels que le Mexique, la Turquie, l’Égypte, l’Indonésie, le Bangladesh, le Viêt Nam, le Pakistan et les Philippines.

Dans le même temps, M. O’Neill a exhorté le groupe à appliquer des critères stricts lors de l’acceptation de nouveaux membres, en se concentrant sur le financement du climat, les soins de santé et le commerce.

Plus d’une douzaine de pays ont manifesté leur intérêt pour devenir membres du groupe. Cette année, le bloc prévoit de déterminer s’il doit admettre de nouveaux membres et quels critères d’entrée il doit établir. Selon les médias, l’Arabie saoudite et l’Iran figurent parmi les pays qui ont officiellement demandé à adhérer.

M. O’Neill a ajouté que les nouveaux membres ne devraient pas se limiter à des pays à forte population et à l’économie importante.

Les BRICS doivent s’efforcer d’étendre leur influence auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Selon l’Institut d’études de sécurité de Pretoria, les BRICS représentent 42 % de la population mondiale, mais leurs membres détiennent moins de 15 % des droits de vote au sein de ces deux institutions.

La tendance à la dédollarisation de pays comme la Chine et la Russie a fait la une des journaux l’année dernière. Les banques centrales ont acheté une quantité record d’or en 2022, sous l’impulsion de pays émergents comme la Turquie et la Chine. Cet intérêt se poursuit en 2023.

Récemment, la Chine a intensifié l’utilisation du yuan comme mécanisme de règlement des échanges commerciaux. Les flux commerciaux libellés en yuans entre la Russie et la Chine ont fait un bond l’année dernière. Le président russe Vladimir Poutine avait déclaré qu’il était favorable à l’utilisation du yuan chinois pour les règlements commerciaux entre la Russie, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine.

Une autre initiative historique de la Chine a été la réalisation du premier échange de GNL réglé en yuans, entre la compagnie pétrolière nationale chinoise et la société française TotalEnergies, par l’intermédiaire de la Bourse du pétrole et du gaz naturel de Shanghai.

La Chine a également conclu un accord avec le Brésil pour commercer dans les monnaies de leurs pays respectifs, a rapporté l’AFP cette semaine, citant le gouvernement brésilien. La Chine est le premier partenaire commercial du Brésil depuis 2009.

Dans d’autres domaines de coopération, l’Arabie saoudite a approuvé la décision de rejoindre l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dirigée par la Chine, en tant que partenaire de dialogue. L’OCS est une alliance politique, sécuritaire et commerciale créée en 2001 pour contrer l’influence occidentale. Ses membres sont la Chine, la Russie, l’Inde, le Pakistan et quatre pays d’Asie centrale.

En début de semaine, la Chine et l’Arabie saoudite ont signé d’importants accords pétroliers. L’un d’entre eux prévoit que le géant pétrolier public Saudi Aramco s’engage à acheter du pétrole à la Chine.

« L’Arabie saoudite semble se tourner vers Pékin et s’éloigner de l’Occident », a déclaré Jason Tuvey, chef adjoint de l’économie des marchés émergents chez Capital Economics. Cela a alimenté le débat sur l’acceptation par l’Arabie saoudite du renminbi pour ses ventes de pétrole à la Chine, ce que l’on appelle le « petroyuan ».

Pékin est également en train de devenir un prêteur majeur pour les pays lourdement endettés, tels que la Turquie, l’Argentine et le Sri Lanka. En 2021, la Chine a accordé 40,5 milliards de dollars de prêts à des pays en difficulté, a rapporté le New York Times, citant des données fournies par AidData. À titre de comparaison, le FMI a prêté 68,6 milliards de dollars à des pays en difficulté financière en 2021.

La perte du statut de monnaie de réserve du dollar américain attire l’attention de nombreuses personnalités.

Dans un tweet adressé à Genevieve Roch-Decter, PDG de Grit Capital, Elon Musk avait répondu qu’il s’agissait d’un « problème sérieux » et que la politique des États-Unis avait été « trop musclée, ce qui incitait les pays à abandonner le dollar ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici