La planète souhaite récupérer son or stocké aux États-Unis

0
1732
Rapatriement de l'or en Hongrie (MNC)

Nous sommes tous familiers avec la fameuse « ruée vers les banques ». D’habitude, cela commence tout en douceur, avec seulement quelques épargnants qui deviennent nerveux quant à la solvabilité de leur banque.

Ils font la queue avant la fermeture de leur agence pour obtenir leur argent. Mais la rumeur se répand vite et les files deviennent de plus en plus longues. La banque véhicule une apparence de confiance en donnant l’argent à ses clients… tant qu’elle en a.

L’image la plus représentative de cette scène, on peut le voir dans le film de Noël La vie est belle avec Jimmy Stewart. Nous avons tous vu ce film. Quelque chose de similaire est en train de se passer avec la Federal Reserve Bank of New York.

Mais il y a tout de même une différence, car cette ruée a lieu sur l’or et non sur l’argent liquide. La FED de New York ne sera jamais à court de cash car elle dispose de la capacité d’imprimer tout l’argent dont elle a besoin. Mais elle pourrait être à court d’or.

Jusqu’il y a peu, la FED de New York disposait d’environ 6000 tonnes d’or, stockées à l’abri dans ses coffres situés Liberty Street, dans Lower Manhattan. Contrairement à la croyance populaire, l’or qui est stocké là-bas n’appartient pas aux États-Unis (l’or américain se trouve à Fort Knox et à West Point).

L’or qui se trouve à la FED appartient à des nations des 4 coins du globe, ainsi qu’au FMI.

Il y a quelques années, des banques centrales ont commencé à demander la restitution de leur or dans leur pays respectif. L’Allemagne fut l’exemple le plus emblématique, mais il y en a eu d’autres, notamment de petits porteurs tels que l’Azerbaïdjan.

Le processus est compliqué car l’or de la FED consiste en de vieux lingots, dont certains ont été déposés dès les années 20, et qui ne satisfont pas aux critères d’aujourd’hui en termes de pureté et de format. Cela ne signifie pas que l’or n’est pas de bonne qualité. Mais il faut les fondre et les raffiner pour satisfaire aux critères d’aujourd’hui.

Désormais, l’un des plus gros clients de la FED, la Turquie, souhaite également récupérer son or. Ce pays dispose de 220 tonnes d’or stockées aux États-Unis.

De plus, le président turc Recep Tayyip Erdogan a récemment suggéré que les crédits internationaux devraient être libellés en or et non en dollars. (…)

Simultanément, la Russie et la Chine continuent d’accumuler du métal jaune.

Les réserves d’or qui se trouvent à New York baissent. Ce comportement général commence de plus en plus à ressembler à un bank run axé sur l’or.

Des sceptiques affirment que l’intégralité de l’or ne s’y trouve pas. Mon opinion est que l’or est bien à New York, même si une grande partie a peut-être été prêtée afin de faciliter la manipulation du cours de l’or par les grandes banques et la Chine.

De toute façon, nous ne tarderons pas à savoir si la FED de New York sera contrainte de fermer ses portes en or comme toute autre banque insolvable. Nous pourrions également découvrir la patience qu’il reste au monde concernant le dollar.

Article de Jim Rickards, publié le 30 avril 2018 sur dailyreckoning.com