Le marché de l’or est « manipulé comme jamais », selon une étude de l’université du Sussex

0
6596
Or

Des actifs comme l’or et Bitcoin ne devraient-ils pas s’apprécier davantage avec toutes les incertitudes engendrées par le Covid-19 ? C’est la question que s’est posée une équipe de recherche de la Business School de l’université du Sussex. Et sa conclusion affirme que le marché de l’or fait l’objet de vastes manipulations.

« Nous sommes les témoins de manipulations des marchés financiers d’une échelle et d’une fréquence rarement vues. Le manque d’intégrité des quelques grands acteurs puissants de ces marchés est en train de provoquer une déliquescence de laquelle l’économie mondiale pourrait ne jamais se relever », a écrit Carol Alexander, professeure à la Business School de l’université du Sussex.

Ces recherches ont été effectuées avec l’équipe de projet CryptoMarketRisk de l’université, qui suit les échanges des marchés financiers. Elle a relevé d’énormes manipulations qui n’ont pas été remarquées par les régulateurs.

« L’équipe CryptoMarketRisk de la Business School de l’université du Sussex a suivi les échanges de ces marchés durant ces derniers mois. Elle a documenté d’énormes ordres de vente sur les marchés à terme de l’or, des pump and dump sur les marchés à terme du cuivre ainsi que des opérations de spoofing massives sur les bourses d’échange de cryptomonnaies », a écrit l’université du Sussex sur son site Internet durant le mois de mai.

« Des ordres individuels passés sur le Comex furent si importants qu’ils ont fait bouger les prix à eux seuls, en claire contravention avec les lois américaines. Mais les turbulences qui agitent les marchés font en sorte que les régulateurs comme la CFTC ont d’autres chats à fouetter. Ce qui signifie que même des manipulations énormes échappent à leur radar », a ajouté l’université britannique.

L’étude de l’université remet sur le compte de ces manipulations l’absence de hausse du prix de l’or et de Bitcoin à la mi-mars, alors que les marchés financiers s’effondraient. 

« Alors que les liquidités sortaient des marchés actions, on aurait pu s’attendre à ce que la demande pour l’or et Bitcoin augmente. Mais, à cette époque, les valeurs refuges se sont comportées de façon complètement différente. L’or et Bitcoin ont reculé tout comme les marchés actions, a écrit Alexander. Alors que le S&P 500 s’effondrait en mars 2020, l’or enregistrait sa pire semaine en 8 ans alors qu’il aurait dû s’agir de sa meilleure en raison d’énormes positions short sur les marchés à terme du Comex. Bitcoin a également été poussé à la baisse en raison d’algorithmes de manipulation assez évidents sur les plates-formes non régulées de produits dérivés, surtout BitMEX. »

L’étude a également fait des comparaisons avec la crise financière de 2008 en examinant la corrélation entre le S&P 500 et l’or.

« Suite à l’effondrement de Lehman Brothers en septembre 2008, la corrélation entre le S&P 500 et l’or, le franc suisse ou les obligations américaines fut d’environ -40 %. En mars et avril 2020, cette corrélation fut de + 20 % », a indiqué l’université du Sussex.

Source