Les grandes lignes de la politique de l’administration Trump dévoilées

0
1324
Donald Trump en campagne

Que fera véritablement le président Trump une fois installé à la Maison-Blanche ? C’est la question que tout le monde se pose. Son équipe vient de lever un coin du voile, en publiant sur le site greatagain.gov les grandes lignes de la politique qu’il compte mener. ZeroHedge en a fait un résumé dans cet article, que nous traduisons de façon encore plus condensée :

« Les grands points sont :

  • La refonte des politiques d’immigration, comprenant la construction du mur à la frontière avec le Mexique. Cela inclut notamment la fin de la délivrance des visas avec les lieux qui ne peuvent effectuer un tri parmi les demandeurs, la tolérance zéro pour les criminels étrangers, la finalisation du système biométrique d’entrée/sortie et la fin des avantages susceptibles d’attirer les migrants.
  • La promotion d’une armée forte, afin de défendre le pays contre « les menaces posées à notre nation et à nos alliés par des idéologies radicales qui dirigent et inspirent le terrorisme ». Tout en promettant de s’occuper des menaces catastrophiques posées par les armes nucléaires, l’équipe de Trump souhaite moderniser l’arsenal nucléaire américain, afin qu’il continue de jouer son rôle de force de dissuasion…
  • L’annulation et le remplacement du pan financier de la loi Dodd-Frank par des politiques de croissance. Cela signifie non seulement que les banques pourront de nouveau investir avec leurs fonds propres, mais aussi directement dans des hedge funds.
  • La simplification de la fiscalité : elle devrait être abaissée, tout en devenant plus simple, plus juste et pro croissance.
  • L’amélioration concernant les millions d’emplois américains qui ont disparu durant la dernière décennie, en raison d’accords commerciaux défavorables aux USA. L’administration Trump inversera les politiques qui, durant des décennies, ont exporté des emplois à l’étranger, et améliorera l’attractivité des États-Unis pour le développement des sociétés et la création d’emplois.
  • L’éducation : l’administration Trump souhaite améliorer les opportunités d’éducation pour tous, des adolescents aux jeunes adultes, en passant par les adultes qui travaillent.
  • La restructuration de la politique énergétique américaine, qui inclut la fin de la guerre contre le charbon. L’administration Trump entend bien retirer le meilleur, aussi bien des énergies renouvelables que des énergies fossiles traditionnelles. « L’Amérique va s’engager dans une révolution énergétique qui transformera notre pays en exportateur net d’énergie, ce qui créera des millions d’emplois, tout en protégeant les ressources les plus précieuses de la nation, à savoir notre air pur, nos eaux propres et nos habitats naturels ».
  • L’annulation d’Obamacare : l’administration Trump travaillera avec le Congrès pour annuler l’Affordable Care Act et le remplacer par un dispositif « qui restaure le rôle historique des Etats dans la régulation de l’assurance santé ». Elle envisage également de réformer Medicare, afin de préparer le pays aux défis posés par les futurs retraités du baby-boom, puis au-delà.
  • La protection des droits constitutionnels des Américains : l’administration Trump posera son veto aux lois allant au-delà des prérogatives du Congrès. Trump affirme qu’il défendra les droits fondamentaux des Américains telle que la liberté d’expression, la liberté religieuse, le port d’armes, ainsi que d’autres lois garanties par la Déclaration des Droits et autres clauses constitutionnelles. Il souhaite réduire le rôle du gouvernement, comme le prévoit le 10e amendement (de nombreux points de gouvernance doivent être laissés au peuple et aux états, et ne sont pas du ressort du gouvernement fédéral).
  • L’infrastructure (ajout par or-argent.eu) : l’administration Trump entend investir 550 milliards de dollars dans les transports.
  • La simplification des lois concernant l’emploi. »

Il est certain qu’il y a des choses positives pour les Américains, par contre on peut déjà voir que les sujets les plus sensibles, comme le futur de la Fed, ne sont pas abordés. Catalogué comme non-interventionniste, le passage sur l’armée, sans être inquiétant (après tout, il faut des moyens pour aller nettoyer la tache « Etat Islamique » répandue par l’administration précédente), est tout de même peu clair.

Mieux encore, pour ceux qui s’attendent à une véritable révolution… Après Steven Mnuchin (partenaire chez Goldman Sachs), il se chuchote que ses conseillers souhaiteraient placer Jamie Dimon, de la JP Morgan, au Trésor. Et pourquoi pas innover en nommant un tandem Blankfein-Dimon ?

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here