L’or démarre très bien 2020 (Stewart Thomson)

0
6212
lingots d'or pur

L’or a fini 2019 de la plus belle des façons, si bien qu’il a connu sa meilleure année depuis 10 ans. Voici les dernières analyses de Stewart Thomson en ce qui concerne le métal jaune (source) :

J’avais prédit le plus bas de l’or à la mi-novembre, ce qui a eu lieu. Voyez ce magnifique graphique quotidien de l’or :

Beaucoup d’investisseurs amateurs ont manqué cette hausse. Notamment parce qu’ils pensaient que les investisseurs avisés shortaient en masse le métal jaune sur le COMEX. Ils n’ont cependant pas envisagé la possibilité que ces mêmes investisseurs achetaient des actions minières et de l’or physique tout en shortant l’or papier du COMEX. Ce fut une stratégie très rentable, et je pense que cela le sera encore plus dans les années à venir.

Ils ont également manqué la hausse massive des actions minières en raison d’une focalisation excessive sur les querelles politiques démocrates/républicains. En bref, ils ont acheté les actions tard dans le cycle économique au lieu d’acquérir des minières au début d’un cycle inflationniste.

Certains républicains ont qualifié cette économie américaine qui affiche une croissance de moins de 2 % et un ratio dette/PIB de plus de 100 % d’économie la plus puissante de l’histoire. Le chômage américain a beau être à un plus bas de 50 ans, la croissance a du mal à se maintenir à 2 %. Le problème est bien entendu la dette. Alors que celle-ci explose par rapport au PIB, les investisseurs doivent se focaliser sur l’or, l’argent, les minières ainsi que les pays où la dette n’est pas considérée comme étant fantastique, comme c’est le cas aux États-Unis. Voyez le graphique ci-dessous des actions russes, qui est superbe.

On peut s’attendre à une correction, mais la croissance russe devrait rebondir, donc les actions aussi. La dette du gouvernement russe ne représente que 30 % de son PIB. L’impôt sur le revenu est à taux unique, de 13 %.

À l’opposé, dans l’Amérique socialiste, les citoyens font l’objet d’un impôt progressif obscène qui n’est rien d’autre qu’un racket. Il y a également de gros impôts sur les plus-values et des taxes foncières importantes… De l’argent qui est dilapidé vu que la dette pèse plus de 100 % du PIB.

De façon incroyable, ce gouvernement endetté jusqu’à la garde estime avoir le droit d’emprunter encore plus pour imposer des sanctions variées à des tas de pays. Ces tentatives macabres pour « sauver les gens » en pilotant des changements de régime ne font qu’entraver la croissance économique.

Il faut reconnaître que Trump a réduit les interventions militaires. Mais il opère via les sanctions. L’ingérence américaine se poursuit. Cela finira par une implosion de la dette, comme ce fut le cas avec l’Empire romain. En cas de levée des sanctions contre la Russie, la croissance exploserait dans ce pays.

Le gouvernement américain affirme avoir besoin de davantage de QE et des taux encore plus bas afin de pouvoir « concurrencer » les autres nations. Pourtant, les taux sont en moyenne de 6 % en Russie, de 4 % en Chine, de 5 % en Inde… contre seulement 2 % aux États-Unis.

Les États-Unis doivent concurrencer les autres nations, mais celles qui font partie de ce que j’appelle « l’ère des bulls de l’or ». Les taux américains doivent grimper et le QE de la Fed doit être démantelé.

Le statut de monnaie de réserve du dollar a permis au gouvernement américain de poursuivre son mandat fou de changements de régime sans imploser. Mais aujourd’hui, la plupart des pays font la course à la dédollarisation.

Cela rend la dette américaine plus risquée, tout en faisant de l’or la classe d’actif ultime dans un avenir proche. Les obligations américaines sont une valeur refuge lorsque la dette n’est pas problématique. Lorsque c’est le cas, c’est l’or qui en profite alors que les obligations se traînent. Et lorsque l’endettement devient une grande source d’inquiétude, le dollar se consume, les obligations chutent et l’or explose.

La situation de l’argent est tout aussi favorable. Alors que les salaires, les droits de douane et la dette agissent de façon coordonnée afin de produire de l’inflation sérieuse, l’argent métal devient un actif à posséder absolument. Les actions minières argent commencent à attirer l’attention des investisseurs institutionnels.