Pour se protéger du cyberterrorisme, tous les investisseurs doivent posséder de l’or (Marc Faber)

0
1084
Marc Faber

C’est le Docteur Doom qui le dit : vous devez posséder de l’or physique et le conserver en dehors du système bancaire. Le Dr Marc Faber, investisseur légendaire et éditeur du Gloom, Boom & Doom Report, est célèbre pour ses vues contrariennes.

Dans une interview récente accordée à Metal Masters, il point en tant que plus grand risque géopolitique pour les Américains non pas une guerre conventionnelle, mais des cyberattaques qui pourraient mettre le réseau électrique hors service.

Dans un tel scénario, l’or deviendrait un moyen d’échange indispensable. Mais il ne s’agit pas de la seule raison pour posséder du métal jaune aujourd’hui.

Des actifs diversifiés hors système bancaire

Faber a grandi en Suisse juste après la Seconde Guerre mondiale, soit durant une période difficile qui a poussé sa famille à ne pas faire confiance aux monnaies papier et qui lui a appris l’importance des métaux précieux en tant que filet de sécurité.

Faber se souvient comment son père parlait des riches et des millionnaires. « Être millionnaire, dans les années 50, 60 et 70, c’était quelque chose. Aujourd’hui, 1 million ce n’est plus rien, c’est de la petite monnaie. Malheureusement. Lorsque les gens disent qu’il n’y a pas d’inflation, c’est du n’importe quoi. En comparaison avec les actifs, l’argent papier a perdu énormément de son pouvoir d’achat. »

Après avoir travaillé à Wall Street pendant plus de 2 décennies, le portefeuille de Faber consistait principalement en des obligations, des actions et de l’immobilier. Ce n’est que dans les années 90 qu’il a compris « qu’il est bon d’avoir des actifs diversifiés en dehors du système bancaire qui n’ont pas de contrepartie financière ». Il a alors commencé à acheter un peu d’or physique chaque mois.

La FED ignore l’or en tant qu’actif car, selon lui, « l’or est une source d’embarras pour les banques centrales ».

Lorsque l’électricité est coupée, Bitcoin n’est plus

En ce qui concerne les possibilités de guerre, Faber pense que les chances d’invasion des États-Unis ou de la Chine sont faibles. Il estime que la véritable vulnérabilité se trouve dans des guerres « qui ne se déroulent pas avec des tanks, mais avec une entité qui disons coupe la lumière de New York City, met à terre le réseau électrique ou Internet. Que se passe-t-il s’il n’y a plus de toile ? »

C’est dans un tel scénario que l’avantage de l’or apparaît au grand jour : « Durant une telle période, vous voudrez avoir accès à quelque chose de tangible qui est reconnu en tant que moyen d’échange. »

L’or est propulsé par la création monétaire

Lorsque la FED poursuit des politiques monétaires accommodantes, ceux qui en profitent le plus sont la crème de l’élite, les 0,01 % selon lui. Ils améliorent leur situation tandis que l’Américain moyen souffre. « 50 % des Américains ne possèdent rien… Ils ne bénéficient donc pas de la création monétaire. En fait, elle leur fait du tort car le coût de la vie augmente, bien plus que le CPI le laisse croire. »

Concernant la reprise, il estime qu’elle est « très faible à l’échelle mondiale », tandis que les engagements non provisionnés qui augmentent rapidement sont une menace évidente qui pourrait déboucher sur un nouvel effondrement financier.

« En possédant des actions et de l’or tout en étant exposé aux obligations, votre portefeuille est diversifié », a-t-il déclaré. « Ensuite, lorsque l’heure de vérité arrivera, il ne vous restera plus qu’à espérer que vous ne perdrez que 50 % de votre patrimoine. Si votre voisin a tout perdu, vous pourrez dire en termes relatifs que vous vous en êtes très bien sorti. »

Source : NewsMax.com