Pourquoi les taux sur les dépôts n’augmentent pas ?

0
733
BNP Paribas

Les taux courts, jusqu’à 2 ans, ont bondi depuis que la FED s’est mise à relever sérieusement son taux directeur. Par exemple, sur le marché obligataire américain, le taux des Treasuries sur 3 mois est passé à 1,76 %, celui des obligations sur 2 ans à 2,37 % :

Les taux offerts par les banques devraient en théorie suivre ceux du marché obligataire si le marché était compétitif. (…) Est-ce le cas ? Eh bien non. Pour preuve, l’une des plus grandes banques des États-Unis, dont je suis le client (compte personnel, compte à vue d’entreprise et d’autres comptes et service), offre sur son site Internet un certificat de dépôt sur 9 mois à un taux de 0,3 %, sur 19 mois à un taux de 0,7 % et sur 3 ans à un taux de 0,8 %. Il s’agit de rendements extrêmement bas par rapport à ceux des obligations américaines.

Les taux offerts sur les comptes à vue et d’épargne sont tellement ridicules qu’il n’est même pas utile de les mentionner. Il est clair que les banques ne souhaitent pas récompenser les épargnants qui leur confient de l’argent.

Pourtant, cette même banque offre un certificat de dépôt sur 13 mois doté d’un rendement de 2,2 %, et sur 2 ans de 2,6 %. Mais l’offre n’est pas publiée sur leur site Internet. Je n’ai pas été non plus informé de cette possibilité. Je l’ai appris en consultant mon courtier. C’est pourtant le même produit offert par ma banque, il y a juste le taux qui change. (…)

Les clients des banques américaines se voient donc offrir des taux de misère, en revanche les nouveaux clients des courtiers peuvent bénéficier de propositions bien plus attractives. (…)

Clairement, les banques souhaitent attirer de nouveaux dépôts en offrant des taux compétitifs sur les marchés compétitifs. Ces marchés compétitifs, ce sont évidemment ceux des courtiers. Ceux-ci dressent la liste des propositions en fonction de l’attractivité du taux. Cela stimule donc la concurrence.

Mais si l’argent se trouve déjà dans une banque, celle-ci n’éprouve pas le besoin de se plier au jeu de la concurrence. Elle veut juste minimiser ses coûts en payant des rendements ridicules. Cela continuera tant que les clients ne prendront pas des mesures en bougeant leur argent là où c’est le plus intéressant. (…) »

Source : WolfStreet.com