Presque un Américain sur 3 a un second job pour joindre les deux bouts

0
584
Petit boulot

Malgré une économie saine et la croissance de la population active, sur 10 travailleurs américains 3 d’entre eux ont un petit boulot supplémentaire simplement pour être en mesure d’assurer les fins de mois.

Voici les conclusions de l’étude en la matière de BankRate.com, qui a interrogé 2550 travailleurs adultes en mai.

« Malgré la vigueur de l’économie américaine, il est nécessaire pour de nombreux Américains de prendre un petit boulot en plus pour pouvoir assurer les fins de mois », a déclaré Amanda Dixon, analyste du site spécialisé dans les finances personnelles.

En moyenne, ces petits jobs permettent d’empocher 1122 $ supplémentaires par mois, pour 12 heures de travail hebdomadaire, selon BankRate.com.

Si 2/3 des sondés affirment que ces revenus supplémentaires représentent moins de la moitié de leurs revenus mensuels, environ 33 % d’entre eux reconnaissent que cet argent est nécessaire pour subvenir à leurs besoins usuels.

Les milléniaux sont la tranche d’âge la plus susceptible de recourir à cette économie du petit boulot, selon l’enquête. 31 % des jeunes adultes (de 23 à 38 ans) affirment qu’ils ont pris un second boulot pour augmenter leur taux d’épargne. Ces chiffres chutent à 16 % pour la génération X et 18 % pour les baby-boomers.

Un professeur a 3 boulots

« Je suis payé sur base de 190 jours calendaires, mais je travaille bien plus », a déclaré Gloria Brown, prof de mathématiques en Caroline du Sud. Malgré la fin de l’année scolaire, son travail est loin d’être terminé. « La plupart des enseignants travaillent en dehors des classes. Animation de clubs, d’activités sportives et notation de travaux… la liste est longue ».

Le travail d’été de Madame Brown va démarrer. Il se prolongera jusqu’à l’automne, ce qui signifie qu’elle devra cumuler les 2. Elle avait décliné l’offre l’année dernière, mais elle a décidé d’en profiter à nouveau cette année. « Si vous regardez la paie, je vais gagner plus avec ce job d’été qu’avec mon job habituel », a-t-elle déclaré. (…) Elle travaille dans l’une des régions qui payent le moins les enseignants. Si elle n’abandonne pas, c’est parce qu’elle en est originaire, et qu’elle ne veut pas laisser tomber sa communauté.

Elle envisage désormais de prendre un 3e job, de travailler chez McDonald en soirée afin d’aider son fils qui suit des études supérieures. (…)

Difficile de joindre les deux bouts

« Je survis difficilement, de salaire en salaire », a déclaré Christian Cimoroni. Il travaille à temps plein en tant qu’illustrateur pour une société de Columbus, dans l’Ohio. Il effectue le même job en tant qu’indépendant pour se faire un complément de revenu. Il travaille également dans des cabarets en tant que drag queen.

« Je dois payer mes factures, mes crédits, les courses Lyft, les costumes et les perruques… Je prends tous les jobs qui se présentent afin de pouvoir payer mes dépenses du quotidien. »

Source : CNBC