Quelques questions concernant l’or de Fort Knox

0
4090
or de la Buba

L’or de Fort Knox, voilà un sujet qui passionne les amateurs de métaux précieux et de « théories du complot ». Si on a peu d’informations sur le sujet, ce que l’on sait ne nous permet pas de savoir si le métal est toujours présent. La volonté du gouvernement américain de ne pas clarifier cette question, à savoir de conduire un audit en bonne et due forme, ne fait qu’attiser les spéculations les plus folles. Entre la Chine qui n’a pas communiqué d’évolution de ses réserves d’or pendant 10 ans et les États-Unis qui n’auditent pas les siennes, on se croirait en pleine partie de poker menteur. On est donc en droit de se poser des questions. Et des questions, Gary Christenson en a des tonnes en ce qui concerne Fort Knox (source) :

« Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a visité Fort Knox le 21 août 2017. Il a tweeté  »Content que l’or est en sécurité ». Il a déclaré à l’occasion d’un discours à Louisville  »je suppose que l’or est toujours là ».

Le dernier audit concernant l’or de Fort Knox a eu lieu dans les années 50, les déclarations de Monsieur Mnuchin n’ont pas vraiment fait avancer le Schmilblick. Voici quelques questions :

  1. L’or est en sécurité, mais où se trouve-t-il ? Une partie, ou l’intégralité de celui-ci, se trouve-t-il en Asie ?
  2. Quelle quantité d’or est en sécurité ? Quelques lingots ? Des centaines de lingots enfermés dans une petite pièce sombre et que l’on peut observer à travers une petite fenêtre ? Est-ce de l’or, ou du tungstène plaqué d’or ?
  3. Est-ce que ces déclarations apaisent les suspicions, ou au contraire les attisent ?
  4. Pour qui est-ce important que l’or soit en sécurité ? La valeur actuelle de l’or qui est censé se trouver à Fort Knox est d’environ 200 milliards de dollars. Le déficit annuel du gouvernement américain représente un montant de plusieurs fois cette somme. La dette nationale officielle est 100 fois plus élevée. Oui, il est important de savoir si cet or se trouve bien à Fort Knox. Nous devons connaître la vérité.
  5. La vérité serait-elle plus perturbante que les suspicions qui planent sur la présence de l’or ?
  6. En admettant qu’on ne nous dise pas toute la vérité et que tout l’or ne soit plus présent, que nous a-t-on caché de plus ?

Le paradoxe de Fort Knox

Officiellement, les coffres de Fort Knox contiennent 147,3 millions d’onces d’or. Cependant, le dernier audit a eu lieu il y a 60 ans. D’après des sources fiables, les « audits » qui ont été effectués depuis furent partiels et conduits de façon non-professionnelle (voir le travail d’investigation de Koos Jansen sur Fort Knox, que nous avons traduit en partie, avec notamment des auditeurs incapables d’utiliser une perceuse à métaux…).

Question : si Fort Knox abrite plus de 147 millions d’onces d’or, pourquoi ne pas conduire un audit, prouver son existence et éliminer ainsi toutes les spéculations ? Le gouvernement américain dépense plus de 70 milliards par an pour les Food Stamps, près d’un trillion pour la Défense. L’argent ne devrait pas être un problème.

La politique actuelle semble être  »pas de questions, pas de réponses », comme si la vérité pourrait être déconcertante, pourrait détruire la version confirmant l’existence de l’or américain ou pourrait déboucher sur d’autres questions encore plus embarrassantes…

Spéculations concernant les scénarios possibles

Scénario n°1 : le métal se trouve bien à Fort Knox, comme on nous le dit, mais le département du Trésor ignore les demandes d’audit complet.

  1. L’adage  »faire confiance, mais vérifier » ne s’applique alors apparemment qu’aux armes nucléaires des pays étrangers, mais pas à notre or. Pourquoi ?
  2. Pourquoi refuser un audit complet ?
  3. En cas d’audit positif, il s’agirait d’une victoire politique. Pourquoi Bush ou Obama, qui avaient besoin de crédibilité en 2008 et en 2016, n’ont pas conduit un tel audit ?

Scénario n°2 : il n’y a presque plus d’or, disons qu’il reste moins de 10 millions d’onces :

  1. Dans ce cas, on se pose la question de savoir où se trouve le métal ? Qui est responsable ? Pourquoi les politiciens de ces 50 dernières années ont menti à ce propos ?
  2. Cela expliquerait pourquoi le Trésor ne souhaite pas conduire d’audit, voulant absolument éviter un scandale.
  3. Dans un tel scénario, la seule option est l’obstruction. Maintenir qu’un audit n’est pas nécessaire, coûte trop cher ou a déjà été fait.

Scénario n°3 : les coffres de Fort Knox ne contiennent presque pas de véritable or, disons qu’ils contiennent un peu de métal authentique ainsi que du tungstène plaqué.

  1. Un audit en bonne et due forme démasquerait rapidement la supercherie.
  2. Les mêmes questions embarrassantes du second scénario s’abattraient sur le Trésor, le président et la FED.
  3. La seule option envisageable est de faire obstruction. Maintenir qu’un audit n’est pas nécessaire, coûte trop cher ou a déjà été fait.

Conclusion

  • Si l’or de Fort Knox existe bel et bien, comme on nous le dit, il n’y a pas de raison de refuser un audit complet.
  • Vu que toutes les demandes ont été rejetées, il y a peu de chances pour que cela change.
  • Si un président en manque de popularité souhaitait une victoire politique, il aurait pu ordonner un audit de Fort Knox. Vu que personne ne l’a fait, il semble que l’issue aurait engendré bien des problèmes et posé des questions sans réponse.
  • Le leasing d’or est une pratique bien connue. L’or prêté par une banque centrale à une banque de lingots peut être vendu sur le marché international tout en étant toujours considérée comme étant dans les coffres de la banque centrale. De l’or officiel peut être comptabilisé dans le bilan de 2 entités, voire plus.
  • Il est possible que la plupart de l’or de nations telles que les États-Unis, notamment l’or de Fort Knox, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne ne se trouve plus dans les coffres occidentaux, ait été fondu et transformé en lingots d’un kilo, le format préféré des acheteurs en Russie, en Inde et en Chine (note : le cas de la Bundesbank, qui a reçu à l’occasion de son opération de rapatriement des lingots qui ne correspondaient pas aux lingots d’origine, semble corroborer au moins en partie ce scénario).
  • Un audit honnête et crédible permettrait de confirmer ou d’infirmer toutes ces spéculations. Le manque de bonne volonté du Trésor ne fait qu’encourager les spéculations. Quelle est la vérité ? »