Récession aux États-Unis d’ici 2020 : nous sommes au seuil d’une crise, selon le FMI

0
3152
récession

Les États-Unis devraient entrer en récession dès 2020, selon des économistes, tandis que le FMI a déclaré à Davos que nous pourrions être plus proche d’un revers économique qu’on le pense.

Les États-Unis devraient entrer en récession dans 2 ans malgré la croissance que nous avons connue jusqu’à présent. Andrew Staples, directeur de l’Economist Intelligence Unit pour l’Asie du Sud-Est, a déclaré alors qu’il commentait l’économie américaine : « Nous nous attendons à voir l’économie américaine glisser dans une récession technique au début de l’année 2020. Nous anticipons 3 hausses du taux directeur de la FED cette année, peut-être 4 en 2019, et ensuite nous connaîtrons une récession mineure en 2020. »

Une décennie s’est écoulée depuis la dernière crise financière. Actuellement, les États-Unis enregistrent une croissance solide. Depuis les 2 dernières décennies, la croissance s’est élevée en moyenne à plus de 3 %.

Le FMI, lorsqu’il évoque ce qui pourrait alimenter une récession, a évoqué tous les risques majeurs, à savoir l’augmentation de l’endettement en Chine, le Brexit ainsi que les tensions autour de la Corée du Nord.

Tim Adams, président de l’Institute of International Finance, a déclaré : « Il y a beaucoup d’autosuffisance. Il y a des termites dans les fondations, et dès que le crépuscule tombe, elles les attaquent. »

Ces déclarations tombent alors que l’économie mondiale se porte bien et que le FMI prédit une croissance globale de 3,9 % en 2018 et 2019, soit les chiffres les plus élevés depuis 2011.

Malgré l’optimisme ambiant qui règne en ce moment, le FMI estime que la prochaine récession sera plus compliquée à gérer, et que l’économie mondiale souffre des incertitudes.

Maurice Obstfeld, conseiller économique au FMI, a déclaré à l’occasion d’un briefing à Davos ce lundi : « La prochaine récession est peut-être plus proche qu’on le pense, tandis que l’arsenal à notre disposition pour la combattre est moins bien doté en armes qu’il y a une décennie. »

D’autres signaux d’alerte ont émergé alors que les Nations-Unies déclaraient ce lundi que les flux mondiaux d’investissements étrangers ont baissé de 16 % en 2017, pour s’élever à 1,5 trillion de dollars. L’Organisation internationale du travail a déclaré que les progrès visant à protéger les emplois précaires ont stagné.

Source : article de Darius McQuaid, publié le 23 janvier 2018 sur le site de L’Express