Stewart Thomson : attachez vos ceintures, on décolle

0
4056
lingots d'or pur

Pour les investisseurs dans l’or et l’argent, le moment est venu d’attacher sa ceinture ! En bref, comme je l’avais prédit il y a des années, l’or (et l’argent) est à nouveau considéré en tant que classe d’actif majeur d’enrichissement. Les gestionnaires institutionnels sont les premiers à s’adapter à ce nouveau paradigme. Mais il ne faudra pas attendre longtemps pour que les petits investisseurs occidentaux l’acceptent également.

Vu l’excellent support dans la zone des 2.000 $ dont dispose l’or actuellement, de nombreuses actions minières peuvent devenir des titres de croissance dont la valeur pourrait continuer d’augmenter durant des années, même si l’or ne s’apprécie que modestement entre-temps.

Argent : un breakout n’est pas à exclure

L’argent est proche d’une nouvelle échappée remarquable. Les investisseurs qui sont intéressés doivent se positionner maintenant, aussi bien sur le métal que sur les actions minières argent. Si le support fourni par la partie basse du triangle devait casser, il s’agirait d’une opportunité d’achat incroyable. Mais je ne pense pas que nous pourrons en profiter.

Malheureusement, de nombreux libertariens perdent leur temps à minimiser le coronavirus tout en ignorant le creusement de la dette américaine et les graphiques spectaculaires de l’or, de l’argent et de centaines d’actions minières attractives. D’un point de vue personnel, cette incapacité à se focaliser sur l’essentiel mène souvent à la destruction de son patrimoine.

Du point de vue du gouvernement, la dette sans productivité crée de l’inflation. Le gouvernement américain est clairement engagé sur cette voie. Je conseille fortement à tous les gold bugs de se pencher sur les graphiques des actions minières au lieu de lire un énième article affirmant que « le coronavirus, ce n’est pas si grave ». Concentrez-vous sur votre patrimoine. Vous pourrez vénérer le gouvernement plus tard, ou jamais d’ailleurs.

Alors que 2019 tirait à sa fin, j’avais fortement encouragé les investisseurs à bien choisir leurs actions. Le cycle 2020 animé par le coronavirus rend ce conseil plus que jamais d’actualité. Les entreprises en ligne sont florissantes, tandis que les pétrolières sont malmenées. La sélection méticuleuse de ses actions reste la stratégie gagnante pour jouer la bourse américaine. Mais en ce qui concerne le secteur minier, la plupart des titres s’apprécient.

Graphique de l’or : fabuleux

Le graphique de l’or est fabuleux. S’il parvient à grimper jusqu’à mon objectif à 2.070 $, de nombreuses minières pourraient s’apprécier de 20 à 100 %, rien qu’à cause de cela. À court terme, les analystes de Citi sont aussi optimistes que moi. Leurs objectifs à 2.100 et 2.300 $ pour les 6 à 12 mois à venir semblent logiques. 2.300 $ serait excellent. Cela permettrait vraiment d’établir une zone de soutien majeure à 2.000 $, et donc fournir l’environnement idéal pour une hausse des actions minières pendant de nombreuses années.

Voici désormais le graphique de l’or à long terme, tout aussi fabuleux. Selon moi, 2020 allait être l’année du cycle corona. J’avais prédit que le général Corona allait dévaster l’économie américaine et la santé de millions d’Américains via des bombardements massifs. C’est ce qui s’est produit.

Pour 2021, je prédis un cycle guerrier. Cela va probablement démarrer comme en 2020, avec un gouvernement qui affirme avoir la situation sous contrôle. Ce cycle guerrier pourrait commencer avec un verdict innocentant Derek Chauvin (accusé du meurtre de George Floyd). Cela pourrait engendrer des émeutes raciales gigantesques susceptibles de dégénérer en guerre civile.

Mais il y a d’autres dossiers chauds. Notamment la détérioration des relations de l’Inde avec le Pakistan et la Chine. Il pourrait également s’agir d’une tentative américaine de changement de régime en Iran, ou ailleurs, qui tournerait au vinaigre.

Le Creep State, à savoir le gouvernement et la Banque centrale des États-Unis, a déjà démontré qu’il était réticent à mettre un terme aux QE, même lorsque l’économie tournait à son régime le plus élevé. Il ne souhaite pas des taux plus élevés sur la dette publique, ou des taux plus bas sur les cartes de crédit.

Un QE pour le peuple consisterait à voir la FED acheter de la dette carte de crédit au lieu d’acheter des produits dérivés ou des obligations. La FED se moque du peuple, mais le gouvernement donne bel et bien de l’argent à Main Street. Ces versements sont qualifiés de stimulations pour contrer la crise du coronavirus, mais il s’agit probablement d’expériences visant à l’introduction d’un revenu de base universel.

Tout comme les QE, ces aides peuvent être stoppées momentanément, mais elles risquent bien de devenir une caractéristique permanente de l’économie américaine. Les politiques américaines qui creusent la dette deviennent inflationnistes. Même sans cycle guerrier, cela signifie que l’or et surtout l’argent disposent d’un soutien fort aux prix actuels.

Source