Stewart Thomson : l’or et l’argent vous souhaitent une bonne année

0
1014
pièces d'or et d'argent

Tandis que cette nouvelle année démarre, l’or continue de gagner en respect en tant qu’actif ultime. Malheureusement, on ne peut pas en dire de même du dollar. La plupart des investisseurs considèrent le billet vert comme une valeur refuge, mais les traders FOREX des grandes banques, qui font vraiment bouger le marché, le perçoivent comme un actif à risque.

Pour eux, ce sont le yen et l’or qui sont les principales valeurs refuges. Donc, lorsque le dollar baisse par rapport au yen et au métal jaune tandis que la Bourse américaine augmente, la situation n’est pas aussi rose que les investisseurs le pensent. (…)

Alors que l’année 2019 est désormais entamée, les investisseurs doivent bien réfléchir. Faut-il se casser la tête à tenter de prédire un bull market de fin de cycle sur les marchés actions ou tout simplement se focaliser sur les évolutions spectaculaires du graphique de l’or à long terme ?

or

D’ici quelques semaines, le gouvernement indien va lancer des politiques pro-or. Ces mesures vont faire du métal jaune une classe d’actif validée par le gouvernement en tant qu’investissement respecté. On devrait assister à une baisse des droits de douane sur l’or par la suite. Des discussions sont déjà en cours avec des entités russes concernant des importations dispensées de droits.

Aux États-Unis, l’effondrement actuel du dollar se produit en fin du cycle économique. Les départements Forex des grandes banques sont tous ou presque négatifs sur le dollar, et ils ont tout à fait raison. Cet effondrement du dollar par rapport au yen a lieu sur fond de baisse de la Bourse américaine en raison de l’accélération du resserrement quantitatif de la FED, mis en « pilote automatique » selon Powell. Les investisseurs qui ignorent ce facteur alors que nous sommes en fin de cycle font la même erreur que ceux qui ont ignoré l’assouplissement quantitatif de 2009. (…)

Je suis actuellement long sur le Dow, mais il s’agit simplement d’un positionnement technique à court terme. Globalement, les investisseurs doivent se focaliser sur une seule chose en 2019, et cette chose c’est l’or.

Si le marché de l’emploi américain est officiellement très tendu, cela s’explique principalement par le nombre élevé de jobs à mi-temps. Le Département du travail comptabilise 2 mi-temps occupés par une même personne comme 2 emplois distincts. On pourrait qualifier cela de fraude. Quoi qu’il en soit, l’importante quote-part des emplois à mi-temps est l’explication principale de la hausse très modeste des salaires.

Cela dit, alors que le marché des temps pleins se resserre significativement pour 2019, nous allons assister à davantage d’inflation des salaires, un phénomène qui aura lieu alors que les bénéfices des entreprises baisseront pour passer en dessous de la barre des 10 % de croissance. En bref, dites bonjour au retour de la stagflation aux États-Unis.

J’avais dit que les investisseurs qui attendent des miracles de Trump alors que la dette se creuse et que nous sommes en fin de cycle commettent une lourde erreur. On peut néanmoins les comprendre suite à la frustration engendrée par les politiques horribles socialistes et bellicistes des administrations précédentes. Ce va-t-en-guerre meurtrier a été financé avec une dette gargantuesque, la rendant encore plus détestable. (…)

En ce qui concerne l’argent, les 3 événements techniques que j’espérais ont eu lieu (3 clôtures à plus de 15,2 dollars, une clôture hebdomadaire et de fin d’année au-delà de ce seuil). Si le prochain objectif à court terme est un respectable 16 $, j’anticipe des niveaux bien plus élevés pour la période 2019-2022. Il est important que les investisseurs comprennent que si l’or a confortablement battu son record de 1980 en 2010-2011, à cette période l’argent n’avait qu’égalé son record enregistré 3 décennies plus tôt. Cela s’explique par le fait qu’entre-temps, la planète fut globalement dans un cycle déflationniste à long terme (taux plus bas).

Aujourd’hui, la stagflation et la hausse des taux à long terme (comme ce fut le cas aux États-Unis entre 1966 et 1980) démarrent. Lorsque l’argent a de nouveau atteint son niveau de 1980 après 30 ans, le mouvement du cours ne fut pas aussi spectaculaire qu’à la fin des années 70. Ce fut simplement le résultat mécanique de la hausse de l’or, entraînant l’argent dans son sillage alors que les investisseurs fuyaient le risque. Aujourd’hui, l’argent se trouve dans une situation complètement différente. Sa hausse sera parabolique, mais nous n’avons encore rien vu. (…)

Source