Trump « vire casaque » sur 5 promesses clés de sa campagne en 24 h

0
1582
TRump

Vous venez de vous réveiller et zou, vous venez de louper la transformation foudroyante et sans accroc de Donald Trump en politicien du système. En l’espace de quelques heures, le président Trump a adopté de nouvelles positions sur des dossiers clés, reculant sur pas moins de 5 promesses martelées durant sa campagne.

Dans une interview accordée au Wall Street Journal et la conférence de presse qui a suivi, Trump a grandement changé sa position, ou effectué un virage à 180 °, sur toute une série de dossiers de politique étrangère et de politique économique :

Au revoir le dollar fort et les taux élevés

Trump a déclaré au Wall Street Journal que le dollar américain « devient trop fort » et qu’il préfère voir la FED maintenir les taux à de bas niveaux, ce qui a secoué les marchés des changes. « J’aime la politique des taux bas, je dois être honnête avec vous », a déclaré Monsieur Trump. « Je pense que le dollar devient trop fort, et c’est en partie de ma faute car les gens ont confiance en moi. Mais, en bout de course, cela nous fait du tort. » (…)

Durant sa campagne, Trump avait répété à maintes reprises que le dollar fort serait bénéfique pour l’économie américaine, malgré nos avertissements sur son retournement de veste à venir, surtout lorsque ses conseillers de Goldman Sachs commenceront à lui fournir des conseils macroéconomiques. (…)

Difficile de savoir si les statistiques macroéconomiques américaines vont « mystérieusement » se mettre à se détériorer pour justifier sa demande d’un dollar plus faible, ou si les plans de relèvement des taux de Yellen ont désormais du plomb dans l’aile. Quoi qu’il en soit, le débat autour de l’allègement du bilan de la FED, ainsi que dans son agenda de relèvement des taux, est désormais mis sur pause pour une durée indéterminée.

Le grand perdant est bien entendu l’épargnant américain, qui avait espéré voir son épargne commencer à rapporter un peu. (…) Va-t-on assister à un feu d’artifice lorsque Trump va réaliser que ce sont les actions de Yellen qui débouchent sur la vigueur du billet vert ? (…)

La Chine ne manipule plus sa devise

Trump a également affirmé au Wall Street Journal que la Chine ne dévalue pas artificiellement sa devise, ce qui est un gros changement après qu’il ait promis pendant sa compagne de dénoncer la Chine en tant que manipulatrice de sa devise. (…) Trump critiquait régulièrement Obama pour ne pas l’avoir fait. Durant sa campagne, il avait promis de le faire le jour de son investiture.

Les déclarations de Trump signifient aussi que Peter Navarro pourrait aussi faire ses valises, alors que les conseillers de Goldman ont désormais gagné leur bras de fer avec le « cercle des nationalistes de Bannon ».

Le futur de Yellen

Trump a également déclaré au WSJ qu’il va considérer un second mandat pour Yellen à la tête de la FED après l’avoir attaquée durant sa campagne. « Je l’apprécie, je la respecte », a-t-il déclaré. « C’est encore très tôt. »

En septembre, Trump avait dénoncé le biais politique de Yellen et l’avait accusée de maintenir les taux trop bas afin de doper les marchés actions et de donner une bonne image d’Obama. (…)

L’Import-Export Bank

Trump s’est également positionné en faveur de l’Import-Export Bank, qui subventionnait certaines exportations américaines, après l’avoir dénoncé durant sa campagne.

« Il apparaît qu’en définitive, de nombreuses petites sociétés en bénéficient vraiment », a déclaré Trump. « Instinctivement, on aurait envie de dire qu’il s’agit de quelque chose de ridicule, mais en fait c’est très positif. En plus, elle gagne de l’argent, beaucoup d’argent. »

L’OTAN

Enfin, Trump a déclaré que l’OTAN n’est plus « obsolète » durant une conférence de presse conjointe avec le secrétaire de l’OTAN, le général Jens Stoltenberg, faisant marche arrière par rapport à ses critiques du passé. Durant sa campagne, il a fréquemment qualifié l’alliance d’obsolète, affirmant qu’elle faisait très peu pour combattre le terrorisme et que les autres membres n’y contribuent pas financièrement de façon équitable.

« J’ai dit qu’elle était obsolète, elle ne l’est plus », a-t-il déclaré mercredi.

Trump est devenu petit à petit plus positif sur l’OTAN, après avoir augmenté ses efforts de partage des renseignements sur le terrorisme entre les agences européennes et américaines. Trump insiste toujours pour que les alliés « paient une part équitable des frais de fonctionnement ». (…)

Ajoutez à cela le premier retournement de veste majeur sur la Syrie, après avoir descendu en flammes Obama pour simplement y avoir songé, et la transformation de Trump en politicien du sérail apparaît désormais achevée.

Source : ZeroHedge