Chers lecteurs,

Les BRICS nouvelle version se sont réunis pour la première fois du 30 janvier au 1er février à Moscou car c’est l’année de la présidence russe.

Les ministres et les conseillers des cinq nouveaux membres étaient présents : Arabie saoudite, Égypte, Iran, Émirats Arabes Unis et Éthiopie.

La Russie a été claire :  l’abandon du dollar américain est la priorité des BRICS+ en 2024.

« Conformément à la décision prise par les dirigeants des BRICS à Johannesburg, nous étudierons les moyens d’utiliser davantage les monnaies et les instruments de paiement nationaux et locaux dans nos transactions transfrontalières. Le but étant de réduire les effets secondaires négatifs du système monétaire international actuel », a déclaré le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergey Ryabkov.

Les Émirats Arabes Unis ont effectué leur premier paiement transfrontalier en janvier.

50 millions de dirhams (environ 135 millions de dollars) ont été envoyés à la Chine !

Cette transaction ultra médiatisée n’a rien d’anodine : il s’agit de deux pays au poids économique mondial conséquent.

La dédollarisation va s’accentuer en 2024.

Actuellement, la demande mondiale de dollars permet aux États-Unis d’emprunter à des taux d’intérêt relativement bas et de maintenir son niveau de dette élevé.

Si la demande de dollars diminue, ça entraînera une augmentation des taux d’intérêt et rendra le coût de la dette américaine insoutenable pour le pays.

2024 sera l’année de tous les dangers pour les Etats-Unis.

Nous ne sommes pas à l’abri d’une crise économique, financière ou même politique très brutale dans le pays.

Il y a les élections présidentielles, la question du plafond de la dette américaines se posera certainement et il y a le problème de l’Iran (qui fait partie des BRICS).

Les menaces des États-Unis envers l’Iran et ses soutiens se font de plus en plus insistantes qu’elles soient militaires, politiques ou sous la forme de sanctions économiques (qui existent déjà…Avec peu de résultats)

Le gouvernement Biden semble prêt à agir pour dissuader les pays du Moyen-Orient de rejoindre cette fronde monétaire.

Oui, la dédollarisation est un enjeu clé pour certains pays et une transformation profonde du système monétaire mondial est en cours.

Toutes les banques centrales l’ont anticipé.

Depuis les années 2010, elles achètent des tonnes d’or.

Ce qui n’était pas le cas au début du siècle.

L’or est le premier gagnant de ce phénomène de dédollarisation.

Je le répète souvent : le dollar qui s’affaiblit c’est le cours de l’or qui se consolide.

On se dirige peu à peu vers un système qui se détache du billet vert américain.

La locomotive est lancée, je ne vois pas trop ce qui pourrait la stopper.

A vous de prendre le train en marche et anticiper la hausse (prévisible) du cours de l’or.

Explorer l’investissement dans des métaux précieux

Si vous avez aimé le contenu de cet article, n’hésitez pas à le partager et à nous donner votre point de vue dans les commentaires ci-dessous.

Editorial
Auteur – Le blog Or Argent

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que l’auteur de Or Argent et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici