5 graphiques qui expliquent pourquoi les sociétés minières arrivent à court d’or

0
727
Echec de la découverte de gisements d'or

L’or a connu cette année des hauts et des bas, allant jusqu’à grimper de 30 % pour ensuite abandonner une grosse partie de ses gains. Cependant, une tendance est constante : les sociétés minières spécialisées dans l’or éprouvent de plus en plus de difficultés à trouver et à extraire du métal.

Les graphiques suivants expliquent pourquoi ainsi que les conséquences pour le secteur.

Des découvertes en baisse

Même si les budgets d’exploration des producteurs ont été multipliés par plus de 10 pour atteindre jusqu’à 6 milliards de dollars par an durant la décennie s’étant terminée en 2012, les nouvelles découvertes de gisements d’or déclinent. La quantité des découvertes de l’année dernière est en baisse de 85 % par rapport à 2006.

Echec de la découverte de gisements d'or

Dépenses d’investissement réduites

Pour faire face au plongeon de 41 % de l’or par rapport à son record de 2011, les sociétés minières ont dû réduire leurs dépenses d’investissement. Ce qui a diminué la durée de vie de nombreuses mines vu que les sociétés n’ont pas été en mesure de construire l’infrastructure nécessaire pour avoir accès à davantage de minerai.

investissements-mines-or

Des réserves en chute

En raison de la baisse des découvertes, de la durée de vie inférieure des mines et de la baisse du cours de l’or, la quantité de métal exploitable de façon rentable diminue. Les réserves des producteurs majeurs ont glissé de 40 % depuis 2011.

reserves-or-baisse

Une crise de l’offre à venir

La production annuelle d’or est peut-être proche de son record historique, mais cela ne devrait pas durer longtemps. L’offre de métal en provenance des mines devrait atteindre un pic en 2019 pour ensuite baisser inexorablement jusqu’au moins en 2025, d’après BMO Capital Markets. Mark Bristow, CEO de Randgold Resources Ltd, fait partie de ceux qui anticipent un pic de l’or dans les années à venir.

pic de l'or en 2019

Mais il faut également prendre en compte que la production annuelle mondiale d’or ne représente que 2 % de la quantité totale de métal qui se trouve à la surface et que, contrairement à d’autres matières premières comme le pétrole et le cuivre, la majorité de cet or existe sous forme de lingots et de bijoux. Ce qui signifie que la production antérieure peut alimenter le marché en cas de pénurie.

La course aux réserves via les fusions et acquisitions

Alors que le secteur fait face à un futur qui s’annonce plus compliqué pour la production, les CEO du secteur minier de l’or sont activement à la recherche de concurrents à racheter afin de compenser la baisse de leurs réserves. Les accords de fusions et acquisitions concernant les producteurs d’or ont dépassé ceux des autres secteurs des matières premières jusqu’à aujourd’hui, en 2016.

fusions-acquisitions-secteur-or

Source : Bloomberg, article de Kevin Crowley du 21 décembre 2016