Actualités or-argent du 20 octobre 2020

0
698
or et argent
  • L’or continue d’évoluer entre 1.895 et 1.915 $, sans prendre de direction particulière. Les marchés continuent de se focaliser sur l’adoption d’un nouveau plan de stimulation américain. Sans nouvelle significative, cela risque de ne pas bouger jusqu’à la présidentielle. Nous aurons simplement de petits mouvements basés sur les dernières déclarations optimistes ou pessimistes.
  • Voici néanmoins les facteurs qui vont rythmer la semaine de l’or selon Commerzbank. Outre les négociations sur le plan de relance US, il faut également tenir un œil sur le Brexit et l’évolution du coronavirus. Selon Commerzbank, le retour de la Covid permet à l’or de trouver du support à 1.900 $ l’once. Nancy Pelosi a fixé à ce soir un ultimatum pour un accord sur un plan de relance. En cas d’échec, il faudrait attendre les résultats de la présidentielle.
  • George Gero, de RBC Wealth Management, estime quant à lui qu’il faut se préparer à des mouvements importants sur le marché de l’or. « Les titres politiques et électoraux pourraient avoir un impact important sur le cours. La volatilité devrait augmenter alors que la campagne gagne en intensité. Cela pourrait profiter au dollar et à l’or, considérés comme des valeurs refuges », a écrit Gero. Selon lui, il y a de plus en plus de raisons pour que l’or se dirige à nouveau vers 2.000 $ l’once, et vers 30 $ pour l’argent.
  • TD Securities est par contre beaucoup plus prudent. Selon la firme, il y a un risque réel de correction si l’or ne parvient pas à tenir les 1.900 $. Les stratégistes avertissent que de nombreux investisseurs temporisent dans l’attente du résultat des élections. « Des éléments indiquent que les gestionnaires attendent sur la touche afin de voir comment les risques se développent. Cela pourrait déboucher sur des flux positifs vers les actifs risqués, une plus grande prise de risque via les effets de levier suite à la levée des incertitudes engendrées par l’élection. » TD Securities reste optimiste sur le long terme. Le raisonnement est le suivant : en cas de reprise, la combinaison de plans agressifs de stimulations fiscales et monétaires devrait faire baisser les taux réels, et donc profiter aux métaux précieux.
  • Du côté de la demande physique, les acheteurs chinois et indiens seraient en train de faire leur retour sur le marché. C’est ce qu’a déclaré Kunal Shah, de Nirmal Bang Commodities, à l’occasion d’une interview accordée à la succursale indienne de CNBC, TV 18. En roupies, il anticipe une hausse de plus de 5 % d’ici un mois.
  • Mark Skousen, qui avait prédit le krach de 1987, n’est pas inquiet pour la bourse. Selon lui, on ne risque pas une correction similaire aujourd’hui, tout simplement parce que les algorithmes et les interventions officielles sur les marchés, ou encore l’interruption automatique d’une séance en cas de chute prononcée, sont là pour « encadrer » les valorisations. C’est notamment cela qui a permis la seule reprise en V que l’on a pu observer dans l’économie, à savoir le rebond des actions.
  • Dans notre article d’hier, nous avons indiqué qu’environ 16,5 % des entreprises allemandes sont des sociétés zombies. Selon Axios, cette proportion est de 18,9 % aux États-Unis. De moins de 1 % à 2000, ce chiffre ne cesse de grimper depuis. Il accélère bien entendu depuis 2008.
moral hazard, Neel Kashkari Is The Definition Of “Moral Hazard”