BCE : que signifie le premier discours de Lagarde pour l’or ?

0
1773

En novembre, Christine Lagarde a prononcé son premier discours en tant que patronne de la BCE. Va-t-elle imiter les politiques de Mario Draghi ? Quelles seront les conséquences sur l’or de sa présidence ?

Les grands enseignements du discours de Lagarde

Récemment, nous sommes focalisés sur l’économie américaine et la récession de son secteur industriel. Mais n’oublions pas l’Europe, dont l’économie est encore plus faible et dont les politiques monétaires sont encore plus absurdes. Il y a 2 semaines, Christine Lagarde a prononcé son premier discours de politique en tant que présidente de la BCE.

Tout d’abord, elle a confirmé la posture accommodante de la BCE. Les marchés financiers s’attendent à ce que cela dure des années. Lagarde n’a fait que confirmer ces attentes. Elle a déclaré :

« La posture accommodante de la BCE fut l’un des moteurs de la demande domestique durant la reprise, et cette approche reste en place. Les politiques monétaires vont continuer de soutenir l’économie en réponse aux risques futurs et en raison de notre mandat de stabilité des prix. »

Tout comme Draghi, elle va également continuer de mettre la pression sur les gouvernements afin qu’ils réduisent leur fiscalité. « Il est clair que les politiques monétaires auraient pu atteindre leur but plus rapidement, et en produisant moins d’effets secondaires, si d’autres politiques pro croissance avaient été mises en place simultanément », a-t-elle déclaré. Il est clair que l’Europe a besoin de réformes structurelles. Mais Lagarde pensait plus aux dépenses publiques et aux baisses d’impôts. Ce qui ne serait pas très utile.

Troisièmement, la BCE va s’engager dans un processus de révision stratégique de son cadre de politique monétaire, tout comme la FED. C’est super, mais malheureusement la BCE ne devrait pas changer son fusil d’épaule concernant sa fascination pour une inflation à 2 %. Au final, on peut s’attendre à de nouvelles stimulations monétaires. La BCE trouvera toujours une bonne raison. Car à côté de la basse inflation à combattre, nous avons désormais le… réchauffement climatique. Ce n’est pas une blague.

Lagarde souhaite ardemment inclure le changement climatique parmi ses mandats. Le changement climatique est une problématique à la fois importante et discutable, mais sûrement pas au niveau des banques centrales !

Les conséquences pour l’or

Dans son premier discours, Lagarde n’a pas été très spécifique en ce qui concerne les politiques monétaires. Il faudra donc encore attendre pour savoir exactement ce qu’elle compte faire. Cela dit, nous savons déjà qu’il y a très peu de chances pour que la posture ultra accommodante de la BCE soit subitement abandonnée. À moins que l’inflation bondisse subitement… On peut s’attendre à davantage de stimulations vu que désormais la BCE doit non seulement combattre l’inflation ou le risque d’un choc déflationniste, mais aussi la crise du climat ! Et quand on sait qu’un Green New Deal européen ne se financera pas tout seul…

Quelles sont les conséquences pour l’or ? Cette posture accommodante devenue permanente est positive pour le métal jaune, un actif qui adore un environnement de taux bas ou négatifs. Mais une BCE éternellement accommodante signifie également un euro faible. Ce qui implique le plus souvent un dollar fort, à savoir un obstacle à l’appréciation du prix de l’or en dollars.

Depuis janvier 2018, la valeur de la monnaie unique ne cesse de baisser par rapport au billet vert. L’environnement du cours de l’or en dollars n’est donc pas des plus favorables (note : c’est différent pour nous qui vivons en zone euro. Ce n’est pas pour rien si le métal jaune est proche de son record historique dans cette monnaie).

Source