Deux députés mexicains proposent de rendre cours légal à l’argent métal

0
4476
pièces d'argent Libertad

Le Mexique et l’argent métal, c’est une longue histoire. Cela s’explique notamment par l’abondance de ce métal précieux dans ce pays. Le Mexique est en effet le premier producteur mondial d’argent, loin devant le Pérou et la Chine. Après une première tentative entre 1979 et 1981, le Mexique considère à nouveau de donner cours légal à l’argent métal. C’est en tout cas la proposition des députés Fernandez Norona et Ulises García Soto.

À la chambre basse, ils ont demandé à ce que les pièces d’argent Libertad d’une once et les dénominations inférieures aient cours légal. Cela devrait donc permettre aux Mexicains de payer en pièces d’argent et d’épargner dans ce métal.

Sauver le Mexique grâce à l’argent ?

Le Mexique est le plus gros producteur mondial d’argent, ont indiqué les députés. Malheureusement, seule une fraction de cet argent est transformée en monnaie (0,4 % de cette production sert à fabriquer des pièces Libertad). D’après les Mines, environ 90 % de la production d’argent métal du pays est exportée en tant que matière première.

Au lieu de cela, le Mexique pourrait utiliser ce métal en tant que monnaie, mais aussi comme une assurance contre les crises nationales et internationales, ont indiqué les députés. Historiquement, l’argent a démontré sa capacité à maintenir sa valeur sur de longues périodes.

Selon Norona et Garcia Soto, la législation actuelle, et particulièrement l’article 2 bis de la loi monétaire, empêche les Mexicains d’utiliser l’argent d’une telle façon :

  • il est actuellement impossible d’acheter une pièce d’argent Libertad au prix qui est fixé par la Banque du Mexique, comme prévu dans la loi. Tous les distributeurs sont libres de vendre ces pièces au prix qui leur sied, à un tarif arbitraire ;
  • les écarts de prix entre l’achat et la vente de ces pièces réduisent l’efficacité de l’argent en tant qu’instrument d’épargne, car elles entraînent des pertes automatiques pour leurs propriétaires ;
  • actuellement, la valeur d’une pièce d’argent Libertad d’une once fluctue de concert avec le cours international de l’argent. Cela peut entraîner des pertes à court terme, même si la tendance de fond lui permet de préserver ou d’augmenter sa valeur à terme.

En monétisant l’argent métal, le peso mexicain deviendrait plus fort. Il offrirait également un meilleur rendement, ainsi que davantage de sécurité à l’épargne des Mexicains. Norona souhaite ainsi amender l’article 2 de la loi monétaire afin de donner cours légal aux pièces en argent Libertad sur base de leur valeur officielle en pesos. La proposition de loi sera soumise au Parlement afin qu’elle soit revue et enrichie par les propositions d’experts de la finance de l’économie.

La réforme qu’il anticipe prévoit également la possibilité d’ouvrir des comptes d’épargne libellés en pièces d’argent.

En bref, ces 2 députés portent devant le Parlement mexicain les revendications du célèbre Hugo Salinas Price, qui milite pour la restauration de l’argent monétaire dans son pays. Les pièces devraient avoir une valeur indicative minimale tout en pouvant être réévaluées à la hausse sur base du cours international de l’argent.

Un précédent en 1979

Il est intéressant de noter qu’il ne s’agit pas d’une initiative sortie de nulle part. À vrai dire, cela fait longtemps que diverses personnes et entités tentent de faire de l’argent métal la monnaie du Mexique. Une telle expérience a eu lieu entre décembre 1979 et 1981. Selon Hugo Salinas Price, ce fut un échec en raison d’une législation déficiente. La nouvelle proposition devrait régler les soucis qui ont engendré l’échec des années 80.

Source