Druckenmiller : folie boursière et inflation à 5-10 %

0
895
Stanley Druckenmiller

Il règne une véritable folie sur la Bourse, et cette folie est alimentée par la FED. La spéculation qui sévit finira mal dans les années à venir, a déclaré Stanley Druckenmiller à CNBC ce mercredi.

Après la fête, la gueule de bois

« Tout le monde aime faire la fête… Mais inévitablement, après une grosse fête il y a la gueule de bois », a déclaré le milliardaire, à la tête du Duquesne Family Office, à l’occasion d’une interview accordée à l’émission Squawk Box de CNBC. « Il est indubitable qu’une véritable folie règne sur la Beourse. Nous avons des commentateurs qui encouragent des sociétés à faire des fractionnements d’actions. Ces sociétés s’apprécient ensuite de 50, 30 ou 40 % après le fractionnement. Cela n’apporte aucune valeur ajoutée à l’entreprise, mais l’action grimpe quand même. »

Par exemple, l’action Tesla s’est appréciée de 82,5 % entre le 11 août, lorsque la société a annoncé un fractionnement d’actions de 5 pour 1, et le 31 août, le jour de l’entrée en vigueur du fractionnement. Apple a bondi de 34,2 % entre le 30 juillet et le 31 août à l’annonce de son fractionnement d’actions 4 pour 1. Depuis l’entrée en vigueur du fractionnement, le titre a baissé de 12 %.

Depuis son plus bas du 23 mars, le S&P 500 s’est apprécié de 51 %. La semaine dernière, l’indice boursier a enregistré un nouveau record avant de reculer suite au massacre des valeurs technologiques.

« Je suis incapable de vous dire quelle direction le marché va prendre à court terme. Je ne sais pas s’il va grimper de 10 %, ou baisser de 10 %, a déclaré Druckenmiller. Mais je dirais que dans les 3 à 5 années à venir, cela va être très compliqué. »

Risque d’inflation à 5 ou 10 %

La hausse massive de la Bourse est largement à mettre au crédit de la FED, a déclaré Druckenmiller. Selon lui, la Federal Reserve a fait « du très bon travail » en mars en abaissant les taux et en lançant des programmes de stimulations sans précédent afin de soutenir l’économie. Mais les actions postérieures qu’elle a entreprises furent « excessives ». Il s’inquiète également de la possibilité de voir l’inflation accélérer. Il a déclaré : « Regardez les risques qu’ils prennent pour obtenir ces 2 % d’inflation… Pour la première fois depuis très, très longtemps, l’inflation m’inquiète. »

Et d’ajouter : « Alors que nous avons un déficit public annuel de 3,5 trillions, nous avons le président de la Federal Reserve qui encourage le Congrès à dépenser plus, tout en rassurant Wall Street en lui disant qu’il garantira le tout. Je pense que c’est dangereux. Nous pourrions aisément avoir de 5 à 10 % d’inflation dans les 3 à 5 années à venir. »

« La fusion entre la FED et le Trésor, car c’est effectivement ce qu’il s’est passé durant la pandémie, introduit un précédent que l’on n’avait jamais vu depuis l’indépendance de la FED, a déclaré Druckenmiller. Cela engendre indubitablement une véritable folie sur les actifs financiers. »