Économie américaine : tous les chemins mènent à l’or (S. Thomson)

0
1170

Les politiciens américains de premier plan vantent la vigueur de l’économie américaine, qui n’aurait jamais été en si bonne santé. Pourtant, selon les indicateurs de la FED d’Atlanta et de New York, la croissance serait de 0,3 ou 0,4 % pour le T4. Houston, we have a problem ! La prochaine date butoir pour les droits de douane est dans seulement 3 semaines.

usdjpy

Si les partisans les plus inconditionnels de Trump souhaitent qu’il active ces droits de douane si la Chine refuse de jouer le jeu, les énormes flux de liquidités sur les marchés des changes suggèrent que les grands gestionnaires deviennent très inquiets à propos des risques qui pèsent sur l’économie américaine.

La croissance américaine a littéralement chuté (j’avais prédit un pic de 5 % après le début de la levée des droits de douane). Ci-dessus, le graphique du dollar américain par rapport au yen affiche une formation en biseau massive et baissière. Je pense qu’elle est de mauvais augure. Elle suggère que les gestionnaires pensent que quelque chose d’horrible va avoir lieu sur l’économie américaine, pire que la croissance de moins de 1 % d’aujourd’hui.

Les politiques initiales de Trump, à savoir les baisses d’impôts, l’ordre, le respect des lois et les dérégulations, c’était super. Cela a poussé les marchés à la hausse (des actions et de l’or), engendré un sentiment positif parmi les citoyens et une croissance solide.

Mais ces politiques ont été remplacées par un QE macabre, la vénération des taux négatifs. On ignore les déficits qui explosent, on assiste à une tentative folle de doper la croissance à coups de droits de douane. Tout cela a lieu sur fond d’accélération de la dédollarisation de la planète.

La stagflation est en train de se manifester. Certains économistes prédisent une croissance des bénéfices et des chiffres d’affaires de moins de 3 % l’année prochaine. Ce qui ferait grimper mécaniquement la dette.

Tandis que l’économie est empêtrée dans le bourbier des droits de douane et de la dette, les investisseurs dans les marchés actions sont constamment renfloués par la FED. Les grands gagnants payent 50 % de taxe sur les plus-values, ce qui signifie que le gouvernement américain est le premier bénéficiaire de la hausse de la Bourse. Ce qui est assez dingue, pour parler-vrai.

L’alternative, une administration démocrate, serait encore pire pour quiconque exposé à l’Amérique. On ignore comment Jay Powell réagira en cas de levée de nouveaux droits de douane en décembre. Il pourrait baisser les taux, faire plus de « non QE »… et s’il ne faisait rien ?

En bref, cela ne sent pas bon pour les États-Unis, et pour la majorité des pays occidentaux. C’est pourquoi il y a une énorme rampe de lancement qui se dessine sur le graphique hebdomadaire de l’or. J’ai baptisé cette formation « Michel-Ange », car elle est à la fois énorme et techniquement esthétique.

Mon scénario de base pour 2020 est le suivant : l’économie américaine est indécise, Trump n’ose pas lever de nouveaux droits substantiels, si bien que la FED devrait intervenir pour garder la Bourse la tête hors de l’eau en cas de problème. Je prédis la surperformance de l’or et des actifs associés par rapport aux autres classes d’actifs majeures. Je pense que ce scénario a 70 % de chances de se réaliser.

Cela signifie que j’estime à 30 % la probabilité de voir Trump lever de nouveaux droits de douane dans 3 semaines, Powell ne rien faire en réponse, puis un krach des marchés actions et un cours de l’or qui partirait à la verticale vers les 1900 $ l’once. Dans ce scénario du pire, l’or pourrait s’affranchir de cette formation en biseau. Il stupéfierait alors les investisseurs avec l’intensité de sa hausse.

double plus bas?

Mais peu importe le scénario qui se matérialisera. L’or et les actifs apparentés sont les meilleurs investissements du moment. À court terme, j’attends d’observer un double plus bas, qui pourrait marquer la fin de la correction que nous connaissons. L’issue concernant les droits de douane de la mi-décembre va probablement décider si l’or continue de baisser jusqu’à la zone de support majeur des 1397 $ pour y établir un plus bas, ou si ce plus bas sera enregistré à la zone de support des 1465 $.

Un mouvement au-delà des 1566 $ imprimerait probablement la tendance la plus significative pour l’or, l’argent et les minières depuis les années 70. Cela permettrait à de nombreuses sociétés minières de devenir des vaches à lait, ce qui déclenchera probablement une vague de rachats d’actions et de fusions-acquisitions dans le secteur.

Source