Gundlach : la dette américaine dérape

0
889
Jeff Gundlach

La dette américaine est en train d’atteindre des niveaux alarmants, selon le CEO de DoubleLine Jeffrey Gundlach. C’est ce qu’il a affirmé à l’occasion de son apparition dans l’émission Halftime Report de CNBC (source).

« Les gens sont en train de réaliser que les déficits et la dette sont complètement en train de déraper », a déclaré Gundlach.

Selon lui, l’explosion des déficits est la raison principale de l’inversion grandissante de la courbe des rendements des bons du Trésor sur 3 et 5 ans. L’année dernière, la dette nationale américaine a augmenté de plus de 6 % du PIB, selon lui. Un déficit encore plus large pourrait être problématique en cas de récession, d’après le patron de DoubleLine, qui gère un portefeuille de 130 milliards d’actifs.

Gundlach, surnommé le roi des obligations, a également averti des dangers posés par le marché obligataire corporate, qui s’est retrouvé « aspiré » dans « le pétrin économique dans lequel nous sommes tombés ».

« La situation du marché des obligations d’entreprise est tellement pire que celle que nous avions en 2006 », a-t-il déclaré. Les craintes de Gundlach sont les suivantes :

  • Le marché obligataire corporate a triplé ;
  • Le marché des obligations d’entreprise notées BBB est désormais plus important que celui des obligations pourries.

Rien qu’en utilisant les ratios de levier, « 45 % de l’intégralité du marché obligataire corporate, pas uniquement les obligations notées BBB, serait classé dans la catégorie des obligations pourries maintenant », a-t-il déclaré en citant des chiffres de Morgan Stanley.

Une récession ou un ralentissement économique pourrait être l’étincelle engendrant une vague d’abaissements de note qui propulserait des tas d’obligations dans la catégorie junk.

« L’économie est dans une très mauvaise posture pour pouvoir encaisser un ralentissement », a déclaré Gundlach. « Nous avons une dette américaine qui explose alors que nous enregistrons les meilleurs chiffres de croissance économique de ces dernières années. »

Durant le T1 2019, le PIB américain a enregistré une croissance de 3,2 %, d’après le Bureau of Economic Analysis. Il s’agit la meilleure performance du premier trimestre de ces 4 dernières années.

Gundlach gère personnellement le fonds obligataire DoubleLine Total Return Bond Fund. Sa performance sur 5 ans est l’une des meilleures de sa catégorie, mais avec un gain de 2 % en 2019, il est plutôt à la traîne cette année, selon le classement de Morningstar.

Malgré une croissance vigoureuse et de bons chiffres de l’emploi, en cas de récession l’économie américaine ne sera pas en mesure d’encaisser les conséquences en l’absence de mesures drastiques.

« L’économie est très loin d’être dans un état qui permettrait au gouvernement de redresser la situation, à moins de recourir à des politiques insidieusement extraordinaires à la BCE ou BoJ », a-t-il conclu.