John Ing : l’or grimpera de 75 % dans les 18 mois

0
2227
lingots d'or pur

Ironiquement, malgré des indices boursiers qui battent chaque jour leur record précédent, l’économie américaine reste déprimée. Neuf ans après la pire crise financière, le déficit américain a doublé tandis que le pays est endetté à hauteur de plus de 20 trillions de dollars, soit plus de 100 % de son PIB. Pourtant, l’argent continue d’affluer aux États-Unis.

Jusqu’il y a peu, le dollar américain était aussi bon que de l’or, alors qu’en fait le métal jaune n’était pas aussi bon que le dollar. Après avoir flirté avec les 1300 $ l’once, l’or a récemment testé le seuil des 1200 $ sur fond de crainte de hausse des taux. Néanmoins, le métal jaune a surperformé les marchés actions cette année malgré quatre relèvements des taux américains. Peu de gens se souviennent qu’entre 2005 et 2006, les taux furent augmentés à 17 reprises et durant ce laps de temps, l’or s’apprécia de 50 %. La première étape du marché haussier de l’or a duré 11 années consécutives pour une hausse totale de 600 % qui culmina avec un cours à 1900 $ l’once. Nous pensons que la correction est derrière nous, que 2015 fut le plus bas et que la seconde étape de ce marché haussier a commencé l’année dernière et propulsera le métal jaune à 2200 $ l’once dans les 18 mois à venir.

Jusqu’à aujourd’hui, le dollar américain était la valeur refuge par excellence. Mais le dollar est une « fausse nouvelle ». Cela a changé. Dans notre monde où tout est à l’envers, la confiance est fragile. Les investisseurs et les épargnants cherchent des réserves de valeur alternatives. Aujourd’hui, les gens font plus confiance aux moteurs de recherche qu’aux politiciens ou aux médias.

En a-t-il toujours été ainsi ? Non. Il fut un temps où l’or était la monnaie. Pendant la majorité de la période post-guerre jusqu’aux accords de Bretton Woods, la valeur de l’or était fixée à 35 $. (…) Ensuite, dans les années 70, les États-Unis ont augmenté leur masse monétaire, générant ainsi une inflation qui rendait la convertibilité du dollar en or impossible. En 1971, après des années de guerres coûteuses et de programmes sociaux tout aussi onéreux qui générèrent des pressions inflationnistes terribles, le président Nixon suspendit la convertibilité du dollar en or en raison de toutes ces obligations. Le système qui s’ensuivit, basé sur la fluctuation des taux de change, permit au dollar de remplacer l’or en tant que monnaie internationale de réserve, ce qui permit aux États-Unis de vivre au-dessus de leurs moyens pendant plus d’un demi-siècle et de s’octroyer un énorme pouvoir financier. (…) Pourtant, ce « privilège exorbitant » est aujourd’hui le talon d’Achille des États-Unis. Car vu que les États-Unis consomment plus qu’ils produisent et doivent à l’étranger bien plus qu’ils y possèdent, l’avalanche de dollars reviendra un jour comme un boomerang.

Le monde est devenu plus dangereux

Jusqu’à présent, le dollar surévalué et la balance commerciale déficitaire persistant des États-Unis ont connu une grosse évolution. Le dollar a baissé jusqu’à un plus bas de 13 mois, reflet des échecs de l’agenda de Trump. Nous pensons que la propension des États-Unis à utiliser les sanctions ainsi que les politiques isolationnistes de Trump sont en train d’ouvrir la voie à une nouvelle ère de changements. Deux tiers des actifs de la planète sont libellés en une devise émise par un pays engagé dans la dévaluation de cette devise. Lorsque Trump déchirera les accords signés, mettra un terme à des alliances longues de plusieurs décennies, érigera des barrières commerciales ou menacera la souveraineté d’autres pays, ses partenaires commerciaux et ses alliés deviendront de plus en plus nerveux à propos du futur. Trump ne s’est fait aucun ami à l’international ou sur le sol américain, la confiance en l’hégémonie financière américaine et en le dollar lui-même est vulnérable. Cependant, cette fois le président n’a plus la possibilité d’annuler la convertibilité du dollar en or. Le monde est devenu plus dangereux.

Nous pensons que la planète pourrait un jour dire aux États-Unis de garder ses dollars. L’attrait de l’or repose sur la tradition du métal jaune en tant que valeur refuge. Cela a déjà eu lieu avant. L’année dernière, 19 banques centrales ont acheté de l’or, avec la Chine et la Russie, pour des quantités considérables. Depuis 2010, les banquiers centraux sont des acheteurs nets de métal jaune. Aujourd’hui, les nations du monde ont la possibilité de se tourner vers d’autres devises. Si l’or est une monnaie finie, sa valeur par rapport au dollar, mais aussi à l’euro, doit augmenter. (…) »

Traduction de la fin de l’article de John Ing publier le 26 juillet 2017 sur KWN