Le gouvernement américain doit 2,85 trillions à sa caisse de la sécurité sociale !

0
960
usa dollar

On en apprend tous les jours… S’il n’est pas rare de voir des États puiser dans les caisses des retraites ou de la sécurité sociale pour mettre de la main sur de l’argent frais (cf. la Grèce), cela se passe souvent dans des situations d’urgence. Mais, aujourd’hui, nous apprenons qu’il s’agit d’une situation persistante aux États-Unis, où l’État fédéral doit la coquette somme de 2,85 trillions, puisée dans les réserves de sa propre caisse de la sécurité sociale. Voici ce que l’on apprend suite à une question posée sur le site Quora.com :

« Oui. Le gouvernement fédéral doit actuellement au Social Security Trust Fund 2,85 trillions de dollars.

Si le gouvernement fédéral a emprunté de l’argent à cette entité depuis sa création, en 1983, lorsque le président Ronald Reagan (républicain) et le président de la chambre des représentants Tipp O’Neall (démocrate) se mirent d’accord pour augmenter l’impôt sur le travail pour créer un excédent massif afin d’avoir les fonds nécessaires pour tenir les promesses de la sécurité sociale lorsque les baby-boomers prendraient leur retraite.

Malheureusement, les politiciens de Washington n’ont pas pu s’empêcher de mettre la main sur cet argent. Si républicains et démocrates furent prompts pour rejeter la faute sur l’autre à propos de ce raid sur l’argent de la sécurité sociale, les 2 parties partagent équitablement cette responsabilité. Chaque année, l’argent qui se trouve dans le Social Security Trust Fund est transféré au Trésor fédéral pour être remplacé par des obligations non-négociables qui sont stockées dans une armoire du Public Debt de Parkersburg, en Virginie occidentale. Les intérêts sur ces obligations sont « payés » via l’émission de nouvelles obligations.

Le gouvernement fédéral ne disposera des fonds nécessaires pour rembourser ses obligations que s’il augmente les impôts, ou baisse radicalement ses dépenses. Des propres mots du sénateur Mike Enzi : « Si les rentrées ne sont pas au rendez-vous (et elles ne risquent pas de l’être tant que le gouvernement continue d’enregistrer déficit sur déficit), alors le gouvernement fédéral devra augmenter les impôts ou baisser les dépenses de certains postes afin de financer les promesses de la sécurité sociale. Il s’agit d’une mauvaise gestion financière crasse. Les caisses ne disposent pas de suffisamment d’argent pour satisfaire les obligations du gouvernement. » (…)

Depuis sa création en 1983 jusqu’à la grande récession de 2009, la sécurité sociale a enregistré des excédents confortables. Cependant, le gouvernement américain dans son ensemble a commencé à enregistrer d’énormes déficits à partir de l’administration George W Bush. (…)

Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement américain a « emprunté » presque 18 % de sa dette totale via cette méthode d’investissement. Résultat des courses, la sécurité sociale américaine est l’un des plus gros porteurs de Treasuries.