L’internationalisation du yuan chinois s’est accélérée en 2020 malgré la pandémie mondiale dévastatrice et l’endiguement de la croissance chinoise par le gouvernement américain. Les experts prédisent qu’il reste une large marge de manœuvre pour une plus grande internationalisation de la devise chinoise.

L’indice d’internationalisation du yuan a atteint 5,02 à la fin de 2020, soit une forte augmentation de 54,2 % par rapport à l’année précédente, ce qui fait de la monnaie chinoise le n°3 des devises internationales. Elle a dépassé les niveaux d’internationalisation du yen et de la livre, selon le rapport sur l’internationalisation du RMB 2021 publié samedi par l’Institut monétaire international (IMI) de l’Université Renmin de Chine.

Cette croissance a été principalement alimentée par la reprise solide de l’économie chinoise, l’ouverture de son secteur financier, la politique monétaire stable du pays et l’intensification de la coopération monétaire internationale de la Chine, peut-on lire dans le rapport.

Depuis que les autorités chinoises ont autorisé l’accès du yuan à davantage d’institutions financières étrangères, les investisseurs étrangers en profitent pour se positionner en Chine, à la recherche de rendements potentiellement plus élevés, d’après les experts.

Après avoir supprimé les restrictions sur les quotas d’investissement via les programmes pour les investisseurs institutionnels étrangers qualifiés, les régulateurs financiers chinois ont encore abaissé les conditions d’entrée et élargi la portée de ces programmes pour faciliter les investissements étrangers.

En 2020, les actifs financiers libellés en yuans détenus par des institutions et des particuliers étrangers ont bondi de 40,11 % en glissement annuel pour atteindre 8,98 billions de yuans (1,39 billion de dollars), selon le rapport.

Le yuan progresse également en tant que monnaie de réserve

Parallèlement, le rôle du yuan en tant que monnaie de réserve s’est également renforcé, les banques centrales de plus de 70 pays en possédant dans leurs réserves.

À la fin 2020, la devise représentait 2,25 % des actifs mondiaux en devises, soit une augmentation de 14,8 % en glissement annuel, explique le rapport.

Wang Fang, doyen adjoint de l’École des finances de l’Université Renmin de Chine et directeur adjoint de l’IMI, a déclaré que la mise en place du nouveau modèle de développement à « double circulation » offrirait une opportunité historique de faire progresser l’internationalisation du yuan.

Il a précisé que le rôle de l’initiative de la route de la soie ainsi que les centres de transaction offshore du yuan devraient être pleinement exploités dans le cadre du renforcement de la circulation nationale et internationale de la devise, dans le but de promouvoir l’utilisation mondiale du yuan.

Xi Junyang, professeur à l’Université des finances et de l’économie de Shanghai, a déclaré au Global Times que l’utilisation internationale du yuan dispose encore de grosses marges, en particulier dans le trading financier et en tant que monnaie de réserve mondiale.

Il a appelé à élargir davantage les canaux permettant aux investisseurs étrangers d’entrer sur le marché chinois et aux investisseurs nationaux d’émettre des produits financiers libellés en yuan à l’étranger.

« Nous pouvons envisager d’encourager les investissements étrangers dans les marchés chinois via le programme Shanghai-London Stock Connect ainsi que des liens potentiels avec les Bourses de Tokyo et de Singapour », a-t-il annoncé.

Source : People’s Daily Online