L’euro s’effondrera comme un château de cartes selon son architecte

0
3712
billets euros

L’euro « s’effondrera » comme s’il s’agissait d’un « château de cartes », a averti Otmar Issing – le fondateur et créateur de l’euro, dans une interview extraordinaire lundi.

Dans l’interview explosive en question, qui a été accordée à la revue Central Banking, le Professeur Issing a déclaré : « un jour, le château de cartes va s’effondrer ». En ce sens, selon lui, la Banque Centrale Européenne (BCE) s’étend dangereusement et de plus en plus, l’ensemble du projet euro devenant par conséquent tout simplement irréalisable dans sa forme actuelle.

L’architecte fondateur de l’union monétaire a averti que le rêve de Bruxelles relatif à un « super-État » européen finira par être enterré parmi les décombres de la monnaie unique en ruine, que M. Issing a lui-même conçue.

« Si nous devions être réalistes, nous devrions dire qu’une période de débrouillardise nous attend. Les crises vont s’enchaîner les unes après les autres. Il est difficile de prévoir combien de temps cela va durer, mais l’on peut néanmoins affirmer que cela ne peut pas durer indéfiniment », a-t-il commenté à l’attention de la revue Central Banking, lors d’une analyse remarquable du projet européen et de son éventuelle déconstruction.

L’économiste respecté a lancé une attaque cinglante à l’égard des soi-disant eurocrates et aussi à l’égard de la première ministre allemande, Angela Merkel. Il les a effectivement accusés de trahir les principes de l’euro et il a, par la même occasion, démontré leur incompétence scandaleuse vis-à-vis de la gestion de la monnaie unique.

Qui plus est, Otmar Issing s’en est également pris à l’idée d’un gouvernement fédéral des « États-Unis d’Europe », affirmant que la tentative de procéder furtivement à une fédéralisation, c’est-à-dire « par la porte arrière », a transformé les fondements mêmes sur lesquels la monnaie a été bâtie, en créant ainsi un désordre complet dans la législation européenne, où l’euro est en train de couler, et ce rapidement.

Comme c’est souvent le cas lorsque des critiques de fond pointues sont émises à l’égard de l’UE et de la BCE, et ce par des sources respectées et faisant montre d’autorité, l’interview a été traitée d’une manière tout à fait orwellienne. En d’autres termes, elle a été complètement ignorée par la plupart des médias étatiques de l’Irlande, du Royaume-Uni et de l’UE, en général. En effet, la plupart des médias étatiques européens étant majoritairement pro-UE, ils continuent par conséquent d’ignorer les graves problèmes et les risques croissants posés par la monnaie unique et par l’aspect non démocratique de l’UE, notamment vis-à-vis de ses citoyens. L’entretien en question n’a pas été non plus signalé dans la plupart des médias d’affaires de l’UE, qui tendent elles aussi généralement à ignorer toutes les critiques raisonnables vis-à-vis de l’UE, de la BCE et en particulier vis-à-vis de l’euro.

L’entretien explosif a cependant été largement couvert par les médias de droite eurosceptiques, notamment au Royaume-Uni, dans des journaux tels que The Telegraph et The Mail. Cela signifie que la plupart des citoyens de l’UE n’entendront peut-être pas un seul mot au sujet des critiques et des préoccupations tout à fait raisonnables qu’Otmar Issing a émises, quant aux risques croissants encourus par l’euro. Il s’agit pourtant de la monnaie utilisée par ces mêmes citoyens, dans le cadre de leurs modes de vie quotidiens.

L’effondrement imminent de l’euro semble tout simplement inévitable. On doit plutôt se demander quand est-ce que cela va arriver. Sachez toutefois que nous ne prenons aucun plaisir à affirmer cela, d’autant plus quand on sait que l’effondrement de l’euro sera financièrement douloureux pour nos familles, pour nos amis, pour la population européenne en général, ainsi que pour les entreprises de tous les pays de l’UE.

L’euro a devant lui encore plus de défis que la livre sterling, qui s’est effondrée de plus de 43% par rapport à l’or cette année. Ce n’est qu’une question de temps avant que les participants au marché de change, ainsi que les traders, ne focalisent leur attention sur l’euro. Par conséquent, ce dernier fera l’objet d’une dépréciation similaire et d’une dévaluation dans les prochains mois.

L’or sera donc enclin à remplir une fois de plus son rôle principal, qui est de représenter une couverture contre la dévaluation des monnaies. Tout comme il l’a fait aux Royaume-Uni, ainsi que dans de nombreux autres pays, au cours des derniers mois. D’ailleurs, tout comme il l’a fait à une multitude innombrable d’occasions, à travers l’histoire de l’humanité, tout simplement.

Source : GoldCore