L’or va reprendre son souffle avant de tester les 1 300 dollars + nomination de Randal Quarles à la FED (Stewart Thomson)

0
882
or

L’or continue d’être transféré d’Occident vers l’Orient à un rythme soutenu. Voici une nouvelle preuve : les stocks du GLD ont piqué du nez jusqu’à 809 tonnes alors que, simultanément, le cours du métal jaune se raffermissait ! De nombreux pays occidentaux sont des exportateurs nets d’or dans des quantités dépassant leur production minière annuelle.

La dernière hausse de l’or a démarré le 10 juillet dernier à environ 1205 $ l’once. À l’époque, le GLD possédait 839 tonnes d’or. La hausse de 50 $ de ces deux dernières semaines a eu lieu alors que les stocks d’or du GLD baissaient significativement.

Les opérateurs commerciaux puissants qui sont actifs sur le Comex suivent de près le marché physique. Les mouvements du GLD sont plus dépendant de la peur des opérateurs occidentaux. Les achats du GLD entre 2009 et 2011 ont influencé substantiellement le cours de l’or durant cette période. Le QE de la FED était le moteur principal des mouvements de l’époque.

Le fait que l’or soit actuellement en hausse alors que les stocks d’or du GLD baissent suggère que les achats de la Chine et de l’Inde pèsent plus dans la balance que les ventes d’opérateurs occidentaux plus confiants.

Aussi bien d’un point de vue technique ou des fondamentaux, la hausse de l’or est désormais mûre pour une pause. Techniquement, une figure « tête et épaules » inversée semble être en cours de formation. Une pause à l’encolure près de 1260 $ permettrait à l’épaule droite de la figure de se former.

Fondamentalement, la prochaine réunion de la FED est prévue pour le 26 juillet et l’or a tendance à être mou lorsque quelque chose se passe à la FED. J’ai recommandé la prise modeste de bénéfices à ce niveau et je continue de le faire.

Voyez ci-dessous ce graphique important de la paire USD-JPY. Le dollar a baissé par rapport au yen ainsi que par rapport à l’or depuis le 10 juillet. À court terme, une pause pour le métal jaune et une hausse du dollar semblent imminentes.

À plus long terme, le dollar pourrait débuter une phase de baisse sévère alors que l’or franchit la zone des 1260 $ l’once. Le franchissement de cette barre ouvrirait la porte à une hausse jusqu’à 1300 $, qui serait une zone de prise de bénéfices importante pour les investisseurs. (…)

Un nouveau à la FED : Randal Quarles

Cela dit, la nomination de Randy Quarles à la FED pourrait être bien plus positive que le pensent les analystes. Cela pourrait être la décision la plus importante de Trump depuis son investiture. Parce qu’il pourrait représenter le début de la fin pour le système de bonus octroyé aux banques qui a profité à Wall Street aux dépens de Main Street.

En résumé, la loi Dodd-Frank en conjonction avec les bas taux a mis au point mort le crédit pour les petites entreprises. Des milliers de petites banques américaines ne sont pas engagées dans des opérations de trading avec l’argent de leurs clients, comme le font les grandes banques. Elles sont victimes du bâton de la régulation, mais ne mangent pas la carotte des juteuses opérations de trading avec l’argent de tiers.

Quarles pourrait obtenir des avancées significatives dans la résolution de cette impasse affreuse en allégeant les régulations. Cela pourrait être une porte ouverte sur la fin de ce cycle de baisse de la vélocité de la monnaie long de 22 ans.

L’arrivée à la FED de Quarles avec un mandat de dérégulation ne signifie pas que les actions minières vont exploser, mais il s’agit d’une étape importante susceptible de récompenser les investisseurs patients de cette classe d’actifs. Il est très difficile pour les actions minières de surperformer constamment le métal jaune lorsque la vélocité de la monnaie traverse un cycle négatif.

J’ai surnommé Randy Quarles « Mister America » car il pourrait casser le cycle négatif dans lequel sont englués le crédit bancaire, la vélocité de la monnaie et les actions minières par rapport à l’or. Quelques relèvements de taux additionnel de Janet couplés à une véritable dérégulation du système bancaire américain pourraient créer une nouvelle phase positive pour le crédit bancaire en faveur des Américains moyens.

Cela se ferait aux dépens de Wall Street. J’ai prédit qu’en cas de succès de Quarles, Main Street pourrait pousser la croissance américaine à 5 % tandis que les marchés actions seraient englués dans un goulag stagflationniste. (…) »

Article de Stewart Thomson, publié le 25 juillet 2017 sur SilverDoctors.com